Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Dénoncer 'un monde artificiel fait d'absurdités et d'incohérences'

Editions La Différence - 10.10.2013

Tribune - Mot fou - groupement - échange


Oui, chère Hélène Delmas, La Différence-Diffusion, qui devrait dans un proche avenir réunir une douzaine d'éditeurs, s'efforce de mériter son nom en créant un nouveau type de relation entre, d'une part, les éditeurs qu'elle diffuse, d'autre part, ces éditeurs et les libraires.

 

Oui, chère Hélène Delmas, nous avons un langage engagé, car nous pensons que la culture est la seule voix qui reste à ce pays et qu'il tombera définitivement dans la déchéance s'il la perd.

Oui, chère Hélène Delmas, La Différence-Diffusion s'honore de votre confiance comme de celle de tous les éditeurs qui la composent aujourd'hui et qui viendront demain la rejoindre.

 

 

Avec les Editions de la Différence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

Le Mot fou, de l'Utopie à la Réalité,

Par Hélène Delmas

 

Le Mot fou est né il y a cinq ans suite à la fermeture de HB éditions. En 2008, après quinze ans d'existence, la maison d'édition HB, –  créée par Huguette Bouchardeau puis reprise par son fils François – a fermé ses portes. Hélène Delmas, alors seule salariée de HB, a racheté une collection en vente aux enchères, signé de nouveaux contrats avec les auteurs. Elle a créé le Mot fou, une nouvelle maison d'édition, un nouveau look, une nouvelle ligne éditoriale.

 

C'est en 2010 que les premières nouveautés voient le jour avec un roman de Christian Viguié Des Rois dans les arbres et un roman de Philippe Napoletano Pas comme ça . Aujourd'hui, le Mot fou c'est une équipe de quatre personnes qui s'acharnent à défendre un fonds littéraire, la création littéraire et le genre de la nouvelle.

 

Le Mot fou publie des romans et nouvelles en lien avec l'inquiétante réalité. Clin d'œil aux fantastiques qui parlaient « d'inquiétante étrangeté ». Le Mot fou part du constat que nous vivons dans un monde étrange et absurde et qu'il est temps de retrouver le Réel, le vrai. Des textes satiriques, poétiques, très réalistes ou à l'inverse surréalistes au ton souvent grinçant qui dénoncent un monde artificiel fait d'absurdités et d'incohérences.

 

Alors que  la tendance est à la publication de nouveautés, à la publication éphémère, le Mot fou démarra son activité par la réédition et par la reprise de textes existants. L'accès en librairie ne fut pas simple pour cette jeune maison d'édition qui n'avait ni diffuseur ni distributeur. Car la chaîne du livre est bien huilée. Si vous n'avez pas certains maillons avec vous, vous restez dans l'ombre, dans la catégorie « amateur ». Il faut « mériter » son entrée en librairie et en accepter les conditions. Pendant cinq ans, le Mot fou a choisi de travailler sans diffuseur ni distributeur (aucun ne l'aurait accepté de toute façon). La meilleure diffusion à ce moment-là : les animations, les salons du livre, proposer des lectures, rencontrer directement le public. 

 

Le Mot fou est fortement engagé dans la défense de l'édition indépendante et pour une diversité culturelle en librairie. Hélène Delmas est d'ailleurs membre fondatrice du groupement Éditer en haute Provence qui a pour objet la mutualisation de moyens et de savoirs. Déjà en 2006, elle avait participé, avec HB et l'association Editer en haute Provence, à la co-organisation des Rencontres de l'Édition Indépendante à Lurs (04) en présence d'André Shiffrin. C'est maintenant toute l'équipe du Mot fou qui milite, à son niveau. 

 

Le Mot fou a trouvé avec La différence un écho amplifié à son engagement et discours.

 

La Différence a choisi de diffuser notre catalogue, de le rendre visible et de lui permettre l'accès en librairie. Nous les en remercions sincèrement. Nous considérons ce partenariat comme une main que l'on nous tend, peu de jeunes maisons d'édition ont cette chance. Nous avons aussi accepté cette collaboration car, loin d'être une sous-traitance simplement commerciale comme c'est souvent le cas avec les diffuseurs, La Différence est aussi et avant tout une maison d'édition, ils ont un autre regard sur les rapports éditeurs-libraires, et d'autres rapports avec les éditeurs qu'ils diffusent. Ils ont choisi neuf éditeurs au catalogue ambitieux et au discours engagé. Un groupement prometteur !

 

 


 

 

Le Mot fou retrouve dans ce groupement un échange de savoir et une réflexion de travail qui vise à une  autre méthode de diffusion des livres, car il est urgent de se positionner face à la concentration éditoriale, face un circuit bien cloisonné par les grands groupes, car il est urgent de participer, avec les libraires, à désengorger le système. Avec la Différence, il ne s'agit plus ni d'espérance, ni de discours mais d'actions concrètes.

 

Le Mot fou  publie quatre titres à l'automne, un recueil de nouvelles paranoïaques de Christophe Albrieux Douce paranoïa, une traduction de nouvelles tchèques de Hana Belohradska, Titanic. La réédition de À New York il n'y a pas de tremblements de terre de Sylvie Weil (avec deux nouvelles inédites), ainsi que La Glaneuse de Tarek Essaker, écrivain tunisien qui vit à Bruxelles, quatre récits poétiques sur l'exil et l'errance dont voici un extrait :

 

 Écoutez cette histoire, car elle la mienne et la vôtre, souvenir impérissable, dédié au récit éternellement en deuil. Le village a connu le vertige et l'évanouissement, l'odeur et le goût du miel. Notre douleur à chaque instant se détourne de nous et la haine de l'autre éclipse notre soleil. Nous sommes poursuivis par des écritures obscures. Nous périrons de la réponse et de son double. Nous allons ouvrir le livre. Ce livre écrit par notre peuple qui se déchire et rédige sa souffrance par le sang. (Extrait de La Glaneuse, « Dans la lanterne des ogres») En librairie le 28 novembre