Emmanuel Macron a pris “la littérature en otage pour justifier ses alliances”

Auteur invité - 19.03.2018

Tribune - Emmanuel Macron Russie - stand Russie Macron - salon livre Paris


L’inauguration par Emmanuel Macron du salon Livre Paris aura été remarquée. Le boycott affiché du stand russe reste, en ce dernier jour de la manifestation, en travers de la gorge. Et si le président a, dans ce dédain, cru afficher une solidarité vis-à-vis du Royaume-Uni, pour nombre d’auteurs, c’est surtout l’humiliation des écrivains russes présents que l’on retient. 


Emmanuel Macron // LIVRE PARIS 2018 _ Inauguration
Emmanuel Macron © Livre Paris

 

 

Lettre ouverte au Président de la République française, par Michel Dansel, écrivain

 

Paris, lundi 19 mars 2018

 

Monsieur le Président de la République, Cher Emmanuel Macron,
 

Si je prends la liberté de destiner cette lettre ouverte au plus grand nombre, et à vous en toute priorité, c’est tout simplement pour que se délitent, dans le vivier de la clarté et de la franchise, ce qui a été vécu par certains comme un affront regrettable et un acte majeur de discourtoisie de votre part. Il s’agit, et vous vous en doutez déjà, de votre passage très remarqué au Salon du Livre, et de la manière dont vous avez brûlé tous les feux de la convivialité en vous gardant bien de faire escale au stand de la Russie.
 

Pourtant, vous étiez attendu, verre en main, avec une certaine gourmandise par des poètes, des écrivains, des éditeurs, des journalistes et de nombreuses personnes qui appartenaient à des courants de pensées très éclatés et à des obédiences politiques, sociales et spirituelles souvent contrastées. Si cette soirée inaugurale avait eu lieu le 1er avril, et non le 15 mars, le monde entier aurait loué votre sens de l’humour ! Ce n’était malheureusement pas le cas !
 

Tout le monde a bien compris vos motivations politiques, mais, à l’évidence, en prenant la littérature en otage pour justifier vos alliances avec les uns, et signifier vos mésalliances avec les autres, est une manière sournoise et inattendue de régler des comptes complètement étrangers au monde des Lettres qui, pour vous, et nul ne l’ignore, n’est pas une discipline subalterne. 


Livre Paris : Macron dédaigne le stand de la Russie
 

D’une façon implicite vous avez tenté d’impliquer dans votre sillage politique des poètes et des écrivains, qui étaient plus aptes à échanger dans la joie et la convivialité des propos sur William Blake, Jules Laforgue ou le grand Pouchkine, plutôt que de se faire des nœuds au cerveau avec les bretelles extensibles d'affaires dont ils ignoraient les roueries et les rouages, car, comme vous ne l’ignorez pas, politique et littérature ne dorment pas forcément dans le même hamac, a fortiori quand il y a du roulis et du tangage !
 

Vous avez voulu pénaliser la Russie, qui était l’invitée d’honneur au Salon du Livre de Paris et, de mon point de vue, en utilisant cette manifestation annuelle d’une teneur éditoriale et cultuelle de belle futaie, et d’une incommensurable richesse sur le plan de la relation humaine,  comme une table de billard, je suis habité par l’intime conviction que vous vous êtes trompé de cible. 
 

Mais rassurez-vous, Monsieur le Président de la République, Cher Emmanuel Macron, tous les chemins de vie sont parsemés d’ornières et de faux pas, et ce dans tous les secteurs de l’activité humaine ! Les plus hautes personnalités du monde ne sont pas immunisées face à cette inextinguible réalité. Comme il me ferait très sincèrement de la peine de ne tenir envers vous que des propos négatifs, ce qui ne serait ni courtois ni constructif, qu’il me soit permis de vous faire une suggestion en guise de filet de repêchage.
 

Livre Paris : Monsieur Macron, votre boycott
“m’a fait l’effet d’une douche froide”


Pourquoi, pour vous dédouaner aux yeux du monde littéraire, n’inviteriez-vous pas à Paris, pour une semaine, un certain nombre d’écrivains et de poètes russes ? Ils viendraient, accompagnés de leurs éditeurs, dédicacer leurs ouvrages et échanger des propos avec le public. Un tel geste serait grand de votre part, et particulièrement apprécié par tous les poètes et les écrivains du monde entier.
 

Monsieur le Président de la République, Cher Emmanuel Macron, que mes sentiments les plus respectueux vous parviennent, toutefois, je prends la liberté d’y adjoindre  les précieux condiments qui donnent du relief à la vie et un sens à nos pensées et à nos actions : la littérature dans tous ses États et la poésie comme absolue priorité.

 

Michel Dansel


Michel Dansel est le Président du Jury de la Journée du Manuscrit Francophone à laquelle participent des auteurs du monde entier (35 nationalités en 2017). Lors de la dernière édition soutenue par Emmanuel Macron, 17 pays étaient officiellement représentés à la cérémonie dont 11 par leurs Ambassadeurs dont celui de la Russie. Son dernier livre Paris Secret vient de paraître dans la collection bouquins de Robert Laffont.




Commentaires

Le Président a commis une faute dont il n'a pas mesuré les conséquences pour les acteurs de la littérature qui œuvrent pour le rapprochement des nations par celle-ci. En tant qu'organisateurs de la Journée du Manuscrit Francophone, nous travaillons avec de nombreux Ministères de la Culture à travers le monde et nous devons régulièrement nous défendre de l'accusation de cautionner certains régimes (non vous ne pouvez quand même pas inviter ce pays quand même!!) exactement comme vous à propos de la Francophonie. En boycottant le stand de la Russie, vous renforcez les arguments de nos détracteurs et vous nous fragilisez.
Très belles phrases, bien emberlificotées. Mais il y a une manière plus simple de voir les choses : tout ce que fait un président de la République est politique. Chacun de ses gestes est interprété de manière politique. Alors, prétendre qu'il aurait pu venir juste papoter avec les écrivains russes, sans faire de politique, c'est vraiment n'importe quoi.
Oui c'est décidément beaucoup de tracas pour un espion censé avoir été empoisonné mais toujours en vie, passant sous les feux médiatiques, chaque jour, ce qui a priori n'est pas forcément le rôle des agents secrets qui savent d'emblée risquer ne pas finir leur vie dans une retraite peinarde. Combien chaque année subissent le même sort en faisant l'un des métiers les plus dangereux au monde, sans qu'on en entende parler? Quant à tenir les intellectuels russes qui s'étaient donné la peine de se déplacer,responsables de toute cette cuisine anti Poutine qu'on essaie de nous vendre, cela ne sert ni la littérature, ni la fraternité européenne, ni la culture. Ce salon du livre est trop souvent l'arène de luttes politco médiatiques qui n'ont pas lieu d'être et qui prouvent que le monde des lettres et des médias ont encore des progrès à faire pour s'élever comme on est en droit de l'espérer, au dessus de contingences obscurantistes. Moi je propose qu'on en interdise l'entrée aux politiciens de tous bords. Ou alors qu'ils viennent incognito. Ca nous ferait des vacances!!! On serait juste entre amis du livre, çà serait chouette, non?

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.