Et si la rentrée littéraire se trompait d'auteurs ?

La rédaction - 16.09.2014

Tribune - rentrée littéraire auteur - éditeurs édition surprodu - septembre web


La rentrée littéraire : tout le monde en parle, personne ne l'aime, mais tous y participent. De gré ou de force, vu le déluge médiatique qui l'accompagne. Toutefois, ce dernier, comme la file des récompenses littéraires, ne mettrait en avant que quelques auteurs, triés sur le volet — et déjà renommés. Charlotte Allibert, cofondatrice de Librinova, plateforme numérique d'autoédition, lance un appel pour une autre rentrée, plus diversifiée.

 

607 titres parus à la rentrée littéraire 2014, mais de combien d'entre eux avez-vous entendu parler ? Je tente l'exercice. Sans tricher, j'arrive à citer : Amélie Nothomb, Frédéric Beigbeder, Olivier Adam, David Foenkinos, Grégoire Delacourt, Nellie Kaprièlian, Emmanuel Carrère, Christophe Donner, Éric Reinhardt… Et puis je cale. Ah, il y a aussi cette jeune auteure Gallimard qui a reçu une lettre de J.M.G Le Clézio, mais je ne me souviens pas de son nom.

Forte de ce constat, une question me vient : À QUOI SERT VRAIMENT LA RENTRÉE LITTÉRAIRE, SI ELLE NE MET EN AVANT QUE DES AUTEURS QUE JE CONNAIS DÉJÀ (et donc dont j'achèterai forcément [ou pas] les livres) ? Où sont les primo-romanciers et même les « secondo-romanciers » encore peu connus ?

 

 

Livre sur la Place 2014

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)



Une réponse évidente vient à l'esprit : les prix littéraires qui ont lieu à l'automne récompenseront des auteurs déjà connus et reconnus et il faut donc sortir leurs livres au bon moment, pour qu'ils soient sélectionnés. Mais alors, me direz-vous, pourquoi aller sacrifier une myriade d'auteurs – ceux dont les livres sortent en septembre, mais qui ne feront pas partie des 20 heureux élus présents dans les journaux – sur l'autel de cette « tradition » (qui n'est tout de même pas si ancienne que ça) ?

Sacrifié, le mot est peut-être un peu fort. Pourtant, être publié est déjà un parcours du combattant pour un auteur. Écrire un livre est un travail long, fastidieux, solitaire et parfois douloureux. L'envoyer à des éditeurs, recevoir des lettres de refus, s'accrocher quand même et, parfois — une fois sur mille, peut-être moins — au terme d'une longue attente, recevoir enfin une réponse positive. Attendre ensuite, encore, car publier un livre est long – il sort souvent plus d'un an après la signature du contrat. Puis enfin, la lumière au bout du tunnel, voir son livre en librairie… Ou ne pas le voir, car il disparaît sous les piles de livres de la fameuse « rentrée » ! Quelle frustration !

Quant aux auteurs qui cherchent à se faire connaître, y compris ceux qui n'ont pas d'éditeur, septembre est pour eux une période bien difficile ! Pourtant, je le vois au quotidien dans mon travail, il y a parmi leurs livres de véritables pépites, intelligentes, sensibles ou drôles. Pour ces auteurs « numériques » nouvelle génération, Internet permet de confronter enfin leurs textes à un public de lecteurs curieux de découvrir de nouvelles plumes.

 

 

Livre sur la Place 2014

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)



Moi-même, en tant que lectrice, je suis frustrée : j'aime découvrir de nouveaux auteurs autant que j'aime lire les livres d'auteurs que je connais et apprécie. Si tous les livres sortent en même temps, je suis noyée, je ne sais plus quoi lire et par où commencer et je passe sans aucun doute à côté de livres extraordinaires.

Quel espace trouver pour les primo-romanciers et auteurs peu connus ? Il existe déjà un prix Goncourt du premier roman et c'est un premier pas. Le second serait sans doute que les éditeurs publient les livres des auteurs reconnus tout au long de l'année, ils trouveront de toute façon leurs lecteurs, et qu'À LA « RENTRÉE LITTÉRAIRE », ON FASSE RENTRER DANS LA COUR DES GRANDS, DES AUTEURS ENCORE PETITS, MAIS QUI GAGNERAIENT À ÊTRE CONNUS. La rentrée littéraire devrait ainsi se faire à la fois en librairie et sur le web, véritable vivier de talents en devenir.


Charlotte Allibert,

Co-fondatrice de Librinova