Impression à la demande, la révolution du livre-objet

Clément Solym - 23.04.2009

Tribune - impression - demande - Sporen


Le Salon du livre, il y a quelques semaines, a été l’occasion d’une très intéressante démonstration de la part des sociétés investies dans l’évolution technologique du livre. Liseuses, livres numériques, plates-formes de diffusion, impression à la demande…

Tous ces acteurs, regroupés majoritairement dans l’espace Livres de DEM@in, témoignaient en temps réel de la révolution que vit l’objet-livre aujourd’hui.
Révolution, le mot n’est pas trop fort. Réaliser son propre livre à moindre coût avec une qualité identique à celle des livres de librairies est désormais chose courante. Lire une fiction populaire sur un PC ou un téléphone portable ou encore une liseuse entre doucement, mais sûrement dans les usages.

L’impression à la demande, justement. Comme pour la musique sur internet, son développement s’est fait grâce à l’usage grandissant des particuliers intéressés par la possibilité de publier leurs œuvres sur internet à moindre coût et en toute liberté. L’intuition brillante des sociétés du secteur a été de parier non sur les maisons d’édition, mais sur tous les ouvrages qui, pour diverses raisons, n’entrent pas dans le schéma de l’édition traditionnelle, rappelant par ce phénomène le modèle d’eBay qui aide à vendre ce que les maisons de ventes aux enchères ne traitent pas.

Des centaines de milliers d’ouvrages, dans toutes les langues, sur tous les sujets, représentant autant de marchés de niche, sont désormais disponibles en quelques clics dans les rayons virtuels de ces diffuseurs de contenus qui se considèrent comme des pourvoyeurs de solutions technologiques en impression à la demande. Exactement de la même manière que le créateur d’un site internet est son propre éditeur, un auteur en impression à la demande a en main tous les outils pour créer son livre et le mettre en vente. Il garde l’entière maîtrise de ses droits sur l’œuvre. Avec l'impression à la demande, un ouvrage est toujours neuf et toujours disponible.

UniBook, expert de l’impression à la demande, dispose aujourd’hui des capacités et de l'expérience pour satisfaire les besoins des éditeurs traditionnels et au-delà de la filière du livre. Gestion de fonds de catalogue, édition de collections très ciblées et spécialisées, microédition ; l'impression à la demande s’adapte à tous les cas de figure. Un libraire qui ne peut répondre positivement à la demande d'un ouvrage précis rate une vente.

Avec l'impression à la demande, même un ouvrage demandé une seule fois dans une année peut être vendu ; il sera disponible dans des délais courts (moins d’une semaine) et sera neuf.
Plusieurs éditeurs de premier plan néerlandais s'appuient d'ores et déjà sur nos services pour répondre aux demandes de livres rares. Nous avons aménagé un système de commandes via internet sur leur catalogue où le libraire peut simplement demander un ouvrage qui lui sera envoyé au plus vite. Ce système ne demande qu’à se généraliser.

Les éditeurs ont à leur disposition plusieurs solutions et modèles économiques viables et sécurisés pour que leurs lecteurs ne reçoivent plus jamais de réponse négative sur la disponibilité d'un titre. Tout le monde y trouve son compte :
  • les auteurs et les éditeurs apprécient que les ouvrages pour lesquels ils se sont battus soient toujours disponibles ;
  • les distributeurs déploient de nouvelles compétences et de nouveaux canaux de diffusion ;
  • les libraires fidélisent leurs clients en ayant une capacité de réaction ad hoc
Tous participent à un mouvement vertueux d'économie de papier (on imprime moins en avance, on minimise le risque d'invendus), d'économie de stockage, et peuvent dégager de nouvelles sources de revenus. Enfin, le lecteur est heureux : le livre qu'il ne pensait jamais trouver est entre ses mains !

L’impression à la demande accompagne aujourd’hui l’essor du livre électronique. Les éditeurs qui parient sur le second ont tout à gagner à ne pas négliger le premier. Nous nous attendons à une accélération des usages avec la liseuse qui trouve son public et entraîne des pratiques nouvelles, au même titre que le baladeur, le téléphone et la console de jeux portables en leur temps. Cela ne signifiera en aucune manière la mort de l’objet livre. Bien au contraire, on ne peut que se réjouir de la demande croissante de lecture chez nos concitoyens. Internet dans ce sens a réellement remis l’écrit au milieu du processus d’acquisition et de partage de la connaissance.

À terme, un lecteur aura la possibilité d’acheter le livre qu’il veut, soit dématérialisé, soit imprimé et disponible en librairie, soit encore en impression à la demande. Il n’y a aucune contradiction ici, simplement une complémentarité qui dans tous les cas de figure sert le livre. Rendre disponible le plus grand nombre possible de livres en impression à la demande demandera sans nul doute beaucoup de temps, c’est pourquoi il est urgent de s’y atteler dès à présent. L’impression à la demande aide les éditeurs à augmenter leurs ventes, à renforcer leur notoriété (modernité, souci du service au client, recherche d’économies bienvenues en cette période) et à rester maîtres de leurs livres et de leur métier.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.