Juke-Books #13 : Les Aventures d'Alice au pays des musiques

Antoine Oury - 04.01.2013

Tribune - Alice - au Pays des Merveilles - Lewis Carroll


Après les fêtes de Noël où le Juke-Books a passé son tour niveau chants et cantiques, retour sous le diamant. D'ailleurs, pourquoi ne pas commencer en fanfare, celle du Lonely Hearts Club Band plus exactement, en fricotant avec Lucy in the Sky ? La chanson des Beatles est en effet inspirée d'Alice au Pays des Merveilles, le conte qui captive le Juke aujourd'hui.

 

Le livre pour enfants qui n'en était pas un devient vite une source d'inspiration pour les compositeurs et paroliers, avec une certaine logique puisque ce sont les années 60, avec leur lot de psychotropes, qui ouvrent la sélection : White Rabbit, de Jefferson Airplane, fait ouvertement référence à l'univers imaginé par Lewis Carroll. Et ce dès les premières lignes de la chanson, évoquant une pilule qui fait grandir ou rapetisser, variation autour du champignon que propose le lapin blanc à Alice, lui aussi cité.

 

Dans le reste des paroles, on retrouve également la chenille fumeuse, le Roi Blanc et la Reine de Coeur, ainsi que le jeu d'échecs si spécial tiré de De l'autre côté du miroir : autant de figures vaporeuses parfaites pour le public hippie.

 

 

Tout le monde ne garde pas forcément un bon souvenir de l'adaptation qu'avait livrée en 2009 Tim Burton des deux ouvrages de Lewis Carroll, sorte de revival acide de la première adaptation des Aventures d'Alice au Pays des Merveilles, réduites à Alice au Pays des Merveilles en 1951, déjà par les studios Disney. Dans la bande originale, Robert Smith, le leader des Cure, reprend d'ailleurs une des chansons du dessin animé original, Very Good Advice.

 

 Les ouvrages de Carroll eux-mêmes contiennent bon nombre de chansons : par exemple, celle du « quadrille des homards », interprétée à Alice par la Simili-Tortue.

« Le merlan dit à l'escargot : "Veux-tu avancer un peu ?

Y a un brochet derrière nous qui me marche sur la queue.

Vois les homards et les tortues s'élancer en troupes denses !

Ils attendent sur les galets, veux-tu entrer dans la danse ?

Veux-tu, ne veux-tu pas, veux-tu, veux-tu entrer dans la danse ?

Veux-tu, ne veux-tu pas, veux-tu, veux-tu entrer dans la danse ? »

 

Dans un registre beaucoup moins bienveillant, le terrifiant mais finalement assez inoffensif Marilyn Manson sort en 2007 Eat Me, Drink Me, dont la chanson-titre fait référence au conte de Lewis Carroll - encore une fois par le biais des substances ingérées par la gamine et par la Reine de Coeur. Quitte à faire un sort aux produits étranges découverts par Alice, revenons sur les Beatles dont Lucy in the Sky with Diamonds (initiales LSD) est accompagnée par I Am the Walrus

 

Alice in Wonderland themed cupcakes

Cheshire Cat Cupcake, kristin_a (Meringue Bake Shop), CC BY-SA 2.0

 

Cette dernière tire tout simplement son titre d'un poème extrait de De l'autre côté du miroir, et récité par Blanc Bonnet (accompagné de son jumeau Bonnet Blanc) : un long poème qui raconte l'histoire d'un morse (Walrus en anglais) et d'un charpentier, lesquels mangent tous deux des huîtres sur la plage, le morse bernant le charpentier pour s'empiffrer avec la majorité... Et John Lennon de déclarer dans une interview avoir choisi le mauvais personnage, rétrospectivement.

 

Plus récemment, et dans un tout autre genre (encore que les drogues soient toujours là, bizarrement), le rappeur Grand Imperial Gensu Dean a inclus sur son album (enregistré avec le Mello Music Group) une piste avec en featuring le vétéran David Banner, intitulée Alice in Wonderland. Venus du Mississippi, les deux s'en donnent à coeur joie, quelque part au milieu du bayou.

 

 

Le bourlingueur Tom Waits, aidé par le metteur en scène Robert Wilson, a mis sur pied une pièce de théâtre autour de l'univers créé par Lewis Carroll, et s'est chargé de composer une série de chansons pour l'agrémenter. Elles ont été enregistrées sur un CD de 15 titres, Alice, sorti en 2002 chez Epitaph Records. L'actrice Scarlett Johansson, qui a fait la chanteuse sur 2 albums dont un hommage à Waits, reprend Fawn sur ce dernier. Et a elle-même écrit Falling Down, dont Alice au Pays des Merveilles est l'inspiration.

 

Pour terminer, cette vidéo remix de Pogo alias Nick Bertke, utilisant des images et des sons du dessin animé de Walt Disney pour créer une piste électronique : si Disney ne l'a pas encore bannie de YouTube, c'est que le bonhomme a travaillé avec eux sur la bande originale de Là-haut... Ce qui éloigne pas mal du terrier, c'est sûr.

 

 

 

Juke-Books #13 : Les Aventures d'Alice au pays des musiques by ActuaLittu00e9 on Grooveshark','hspace':null,'vspace':null,'align':null,'bgcolor':null}">