La mer fut l'inspiratrice du poète José Emilio Pacheco

Editions La Différence - 06.02.2014

Tribune - José Emilio Pacheco - Mexique - poésie


Le grand poète et écrivain mexicain, José Emilio Pacheco, est mort le 26 janvier dernier à Mexico. Spécialiste de la littérature mexicaine du XIXe siècle et de Jorge Luis Borges, il avait enseigné dans diverses universités du Mexique, des États-Unis et du Royaume-Uni. Son œuvre littéraire l'a imposé comme l'un des auteurs majeurs de la seconde moitié du XXe siècle.

 

Il avait obtenu en 2009 le prix Cervantès pour l'ensemble de son œuvre. Ci-dessous, l'hommage que lui rend Jacques Bellefroid qui avait traduit et préfacé Batailles dans le désert, paru pour la première fois en 1987 aux Éditions de la Différence et republié en poche, dans leur collection « Minos » en 2009. Sont également parus à La Différence, Tu mourras ailleurs (1988 puis dans la collection « Minos » en 2009) et La Lune décapitée (1991).

On ne s'attend jamais à la mort. Tout nous y prépare, elle nous surprend quand elle arrive. Surprise violente, peut-être la plus grave de toutes les surprises de la vie.


José Emilio Pacheco est mort dimanche 26 janvier à 18 h 25. Ses cendres seront dispersées dans la mer, à Veracruz.


C'est José Emilio qui nous avait dit alors que nous nous préparions à nous rendre à Veracruz : « Vilma, Jacques, vous devez y aller en train. Quand vous arriverez, à l'aurore, vous irez prendre un petit déjeuner à La Parrochia. Si vous restez, prenez une chambre à l'hôtel Diligencias, sur le Zocalo. »

 

Nous avons fait cela point par point.

Le train existait encore. Veracruz était la ville, le port, de son enfance, et la mer fut l'inspiratrice du poète José Emilio Pacheco.

 

 

 


J'avais traduit son livre Batailles dans le désert, ajoutant une préface pour le présenter aux lecteurs français. Il avait écrit une préface pour l'édition mexicaine du Voleur du temps traduit par Vilma Fuentes.
L'amitié entre écrivains n'est pas toujours le sentiment le mieux partagé.


Quand cette amitié unit deux êtres séparés par un océan, ici l'Atlantique, elle prend un prix inestimable. Il me parlait en espagnol, je lui parlais en français, nous nous écoutions et nous comprenions. D'une langue à l'autre, le passage est une voie singulière pour parler la même langue.


Ce n'est pas l'heure pour moi d'écrire une notice nécrologique. Tous les hommages seront rendus au poète José Emilio Pacheco. Le deuil qui frappe le Mexique, le monde hispanophone, et le reste de ce monde si peuplé et si désert, laissera couler le chagrin de l'amour et de l'amitié, atteinte par le coup frappé par la mort.

 

La tristesse peut être si profonde que le silence seul la recueille. Ou la mer, l'océan, qui bientôt seront rejoints par les cendres de José Emilio.


Jacques Bellefroid

 

José Emilio Pacheco Né en 1939 à Mexico, est écrivain, poète, essayiste, scénariste et traducteur. Spécialiste de la littérature mexicaine du XIXe siècle et de Jorge Luis Borges, il a enseigné dans diverses universités du Mexique, des États-Unis et du Royaume-Uni.

Son œuvre littéraire l'impose comme l'un des auteurs mexicains majeurs de la seconde moitié du XXe siècle.