Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La Tour Eiffel étincelante : Anne Hidalgo et la République de Neymar

Auteur invité - 09.08.2017

Tribune - Anne Hidalgo Paris - Neymar Tour Eiffel - joueur football PSG


TRIBUNE – L’écrivain Gilles Moraton, auteur et traducteur de romans, nouvelles et théâtre, s’est récemment fendu d’une lettre ouverte à l’attention de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Ce bibliothécaire de profession s’étonnait en effet d’avoir vu la Tour Eiffel briller de mille feux, en l’honneur de Neymar da Silva Santos Junior, footballeur récemment recruté par le Paris Saint-Germain. 


Neymar
Neymar - Alex Fau, CC BY 2.0
 

 

C’est le transfert du siècle, assure la presse spécialisée, puisque les dirigeants du club ont fait un chèque de 222 millions € pour s’offrir ce talent footballistique. La Tour Eiffel, le 6 août, a ainsi resplendi aux couleurs françaises, affichant en grand le nom du jour.
 


La lettre ouverte de GIlles Moraton est ici reproduite dans son intégralité.

 

Madame la maire,
 

Je découvre avec un grand étonnement que vous avez décidé de faire inscrire le nom de Neymar en grandes lettres éclairées sur la Tour Eiffel.

Je n’ai rien contre les gens dont le seul mérite est de savoir jouer à la balle, mais j’ai du mal à croire que c’est à l’aune de cette seule valeur que son nom est ainsi toureiffelisé. Je me demande donc si la chose n’est pas un rien excessive – elle est sans doute en corollaire avec la somme qu’il a fallu que le club de Paris débourse pour « acquérir » le joueur de balle. 

Mais admettons.

Vous voyez, je ne suis pas de ces agressifs qui voudraient saccager votre bureau, je dis : admettons.

Et proposons pour l’avenir d’inscrire aussi sur la Tour le nom des gens qui ne jouent pas forcément à la balle, mais grâce auxquels le monde est un peu moins violent, un peu plus beau, un peu plus porteur d’espoir.

Je m’étonne d’ailleurs que vous n’ayiez pas eu ce réflexe de fierté lorsque, par exemple Patrick Modiano a reçu le prix Nobel de littérature. Ou Malala Yousafzai celui de la paix. 

Ou celui d’inscrire sur la Tour le nom d’un agriculteur anonyme qui a réussi à ne pas faire faillite.

Ou celui d’une jeune femme de moins de moins de vingt-cinq ans qui a réussi à se faire recruter en CDI avec un salaire décent.

Ou celui d’un juge pugnace qui a envoyé en prison un malfaiteur de la haute finance.

Ou celui d’un être humain ordinaire qui a sauvé un autre être humain.

Ou celui, aujourd’hui, d’un pêcheur tunisien.

Je m’arrête là, la liste pourrait être longue, mais je pense que vous avez compris.

Faisant cela, vous effaceriez ce petit côté ridicule de mettre en avant un homme qui l’est déjà en permanence. Vous renoueriez avec la tradition de Gustave Eiffel lui-même qui a fait graver sur la Tour, 72 noms de scientifiques prestigieux. Vous afficheriez aux yeux du monde que Paris a su dépasser le côté bling-bling des célébrités éphémères.


Je vous prie d’accepter, Madame la Maire, l’expression de ma considération.

 

Par Gilles Moraton (sur Facebook)
 


Gilles Moraton – Passeport pour la Chine – Elytis – 9782356390639 – 8,10 €