"Le lettrisme fait figure, dans l'art du XXe siècle, d'utopie totale"

Editions La Différence - 04.04.2014

Tribune - Frédéric Acquaviva - Pierre Lemaître - lettrisme


À l'occasion de la parution du livre de Frédéric Acquaviva sur Maurice Lemaître aux Éditions de la Différence et de l'exposition qui s'ouvre à la Galerie Patrice Trigano, 4 bis rue des Beaux-Arts à Paris, du 3 avril au 6 mai 2014, Patrice Trigano met l'accent sur l'importance de ce mouvement lettriste, longtemps occulté, dont on découvre aujourd'hui la radicalité féconde.

 

 

Un galeriste a l'habitude de dire qu'il a pris la décision de faire une exposition. Dans le cas de celle de Maurice Lemaître, il faudrait plutôt dire l'inverse car j'ai souhaité collaborer avec cet artiste réputé difficile depuis 1968 alors que, jeune homme, je nourrissais le projet de monter une galerie. Maurice Lemaître a fini par se décider, près d'un demi-siècle plus tard, à me confier ses œuvres pour l'exposition qui se déroulera à la galerie du 3 avril au 16 mai 2014.

 

Cette exposition réparera une grande injustice car si les artistes du groupe lettriste, et Maurice Lemaître en particulier, font figure d'artistes maudits, c'est en grande partie en raison de leur volonté de tourner le dos au marché de l'art et aux formes traditionnelles de promotion qui y sont attachées.

 

Maurice Lemaître est aujourd'hui l'un des derniers créateurs vivants de cette tentative de bouleversement total des arts et des idées opérée par le groupe lettriste autour d'Isidore Isou, qui comprenait en outre : Gabriel Pomerand, François Dufrêne, Gil J Wolman, Jean-Louis Brau, Guy Debord…

 

Maurice Lemaître rejoint le groupe lettriste en 1950 et devient l'un des acteurs incontournables du mouvement qui, avec le recul, apparaît aujourd'hui comme l'un des groupes d'avant-garde les plus subversifs de l'après-guerre. 

 

Qu'il s'agisse de poésie ou d'arts plastiques, le lettrisme renonce à l'usage des mots et se sert de la lettre comme d'un moule dans lequel vont se fondre les œuvres annonciatrices d'un monde nouveau. Les théories du mouvement ont été développées dans l'ouvrage rédigé par Isidore Isou entre 1941 et 1976, La Créatique ou la Novatique

 

Le lettrisme fait figure, dans l'art du XXe siècle, d'utopie totale. 

 

Refaire le monde en commençant par en réinventer les signes ou plus encore leurs significations, telle est l'ambition des lettristes. 

 

Artiste aux multiples facettes, Maurice Lemaître s'exprime à travers la poésie sonore, la peinture, le collage, la photographie, le théâtre, le cinéma. 

 

Sa plume extrêmement virulente ne laisse place à aucune concession quant au rôle de créateur majeur qu'il revendique à travers le mouvement qu'il promeut. Aussi l'artiste a-t-il passé sa vie à se montrer extrêmement exigeant, voire agressif, à l'endroit de l'ignorance dans laquelle de nombreux intervenants du monde de l'art ont tenu le lettrisme. 

 

Pourtant de nombreuses institutions ont manifesté un réel intérêt pour son œuvre : la Beinecke Library de la Yale University a acquis ses archives en 2010 et le Centre Pompidou a consacré une rétrospective à ses films.

 

L'exposition actuelle et le livre d'Acquaviva publié aux Éditions de la Différence permettront de faire le point sur la place de cet artiste majeur de la deuxième moitié du XXe siècle.