Libraires, éditeurs : les 6 résolutions des Indépendants pour la filière livre

Auteur invité - 14.05.2020

Tribune - librairie édition métiers - repenser métier livre - industrie livre covid


Les dernières semaines du confinement auront vu fleurir les initiatives des éditeurs indépendants pour faire entendre leur voix singulière, et éventuellement critique. Fruit de dialogues, échanges et travaux continus et intenses, il est important de mettre en valeur ce qu’ont fait bouger ces deux mois de réflexions. Examiner le passé pour penser et construire le futur.


Le document provient de “Edition année zéro”, collectif d’éditeurs de création présents en littérature, en jeunesse, en fantasy, en théâtre et en sciences humaines diffusés par Belles Lettres, CDE, Hachette, Harmonia Mundi, Media-Diffusion etc.


carolinehebert14  CC 0
 
 

1. Les livres de mars font le printemps


Un catalogue commun d’amis éditeurs, dont le Nouvel Attila, pour mettre en lumière des titres de leurs catalogues, parus en mars, afin de les relancer lors de la réouverture des librairies. « Car au sortir de ce confinement, vous [les libraires] serez plus encore les ambassadeurs de nos catalogues auprès des lecteurs. »

Ici le catalogue commun avec la liste des titres proposée.
 
Dans notre catalogue nous avons choisi le récit suisse Ascension de Ludwig Hohl, livré chez l’imprimeur ce vendredi 15 mai après plusieurs mois d’absence... en attendant fin octobre la traduction de carnets inédits ! 

 

2. Ce qui dépend de nous 


Une pétition-appel de principe de 118 éditeurs en faveur de l’indépendance à l’initiative d’un collectif de cinq éditeurs jeunesse : « Ensemble, par milliers, par millions, contribuons à une reprise réfléchie, saine, juste et durable. Faisons du choix d’un livre l’occasion d’un enrichissement collectif. Cela dépend de nous. »

Lecteur·trices, après la levée du confinement, revenez en librairie et laissez les libraires vous faire entendre le choix de la différence, de la création, de l’audace, l’exigence d’un travail de qualité avec les auteurs, la détermination à faire vivre longtemps les livres et à développer des lignes éditoriales lisibles et cohérentes. Lecteur·trices, au moment de votre choix, ne sous-estimez pas la portée de votre engagement. À nos ami·es libraires, nous disons que nos sorts sont liés et qu’une certaine idée de l’essentiel en dépend.

Ici le texte complet de la pétition

 

3. Éditer (modestement) dans la tourmente 


Un libelle assassin sur le rôle de la distribution paru chez Adverse, Editer (modestement) dans la tourmente : texte d’intervention direct, radical et mûrement co-écrit par Alexandre Balcaen & Jérôme LeGlatin, décrivant à coups de boulets (rouge et noir) la place de la distribution dans le système actuel. « Rien d’humain en nous ne saurait désirer que cela recommence en ces termes. »

 Le strip de couverture est de François Henninger, la maquette de Richard B/Atelier Octobre. ActuaLitté s'en était fait le relais.

 

4. La financiarisation du livre est en train de produire une culture d’aéroport inepte


Un grand entretien qu’on ne saurait trop recommander de Franz Olivié (éditeur d’Anacharsis) sur la financiarisation du livre dans Le Magazine littéraire : « Pour commencer, les éditeurs doivent se poser la question de la nécessité de publier ce qu’ils publient. »

 

5. Nous sommes en crise, mais qui sommes-nous ? 


Un appel à la création d’un syndicat des éditeurs indépendants (Collectif Edition indépendante) paru le 29 avril, signé par le Nouvel Attila. À nous de porter notre voix, de devenir force de propositions, et de penser à de nouvelles modalités culturelles et économiques. L’avenir ne pourra s’envisager qu’à travers un dialogue ouvert entre toutes celles et tous ceux qui constituent le monde du livre.

 

6. Libraires et éditeurs ensemble, vers un big-bang de la diffusion


Un grand projet transversal associant éditeurs et libraires sera annoncé ce jeudi dans Le Monde, associant Le nouvel Attila à une dizaine d’amis éditeurs dans tous les domaines de l’édition. D’ici là, nous prenons aussi la parole, plus marginalement, mais non moins fortement, pour appeler à l’action collective dans Le Nouvel Obs de la semaine.

 

7. ... 


La dernière initiative, la plus importante peut-être, c’est vous ! Vous qui la tenez entre vos mans ! Quelle sera-t-elle ?


Commentaires
« Pour commencer, les éditeurs doivent se poser la question de la nécessité de publier ce qu’ils publient. » Ce qu’il faut pas lire... Effrayant.
8. Avoi.e.r.e un.E. P;éti.ti.on LiS;ible peut aider la communication
Il est dommage que dans cette pétition on ne trouve pas la mention : S’ENGAGER A RESPECTER LE DROIT DES AUTEURS. Je trouve ce silence éloquent. Trop souvent, ces éditeurs qu’on dit « petits » ou « indépendants » proposent des contrats tendancieux, parfois n’en proposent pas du tout, et oublient trop souvent les redditions de compte. Sans doute parce que, en amitié, on ne compte pas ? Au regard de ces pratiques, celle des grands éditeurs paraissent souvent vertueuses car au moins elles respectent la loi.

J’aurais aimé qu’ils s’engagent tous à prendre comme modèle le contrat type de SGDL, par exemple.
Oui le big-bang de la diffusion est indispensable, aucun petit ou moyen éditeur indépendant ne peut supporter à terme, a fortiori après une crise sanitaire pareille le privant de plusieurs mois de chiffres d'affaires, de devoir confier sa diffusion-distribution à....des concurrents, puisque ce sont les grands éditeurs qui ont la mainmise sur cette diffusion.

Mais il s'agit d'une tâche gigantesque, car il faudrait revoir d'abord complètement le système des mises en place (les fameux "offices") et aussi celui des "retours". Les libraires y sont-ils prêts ?

Cependant le système actuel de la diffusion vit peut-être ses dernières années : est-il vraiment utile d'avoir une force de vente "terrain" qui se cantonne à faire défiler des fichiers numériques de bons de commande, que le libraire, qui n'a pas beaucoup de temps, rempli souvent "au feeling", en sachant qu'au pire il pourra toujours retourner à l'éditeur les futurs invendus ?...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.