Librairie : “Nous sommes, il me semble, les garants d’une diversité”

Auteur invité - 25.05.2020

Tribune - librairie diversite livres - diversite editoriale - librairie edition coronavirus


J’ai bien conscience de la réalité et de ses conséquences pour les libraires et les éditeurs pour douter de poser une question pourtant cruciale aujourd’hui : « Cette crise sanitaire peut-elle être une opportunité ? » Question ouverte qui interroge la faillibilité de l’industrie du livre et de ses différents acteurs. Nous avons tous pleinement conscience que les temps à venir vont être compliqués. Il ne s’agit pas de savoir qui est le plus à plaindre ni qui a le plus à perdre, mais plutôt de savoir comment nous soutenir les uns les autres. Surtout dans un contexte où l’on évoque davantage l’idée d’auteurs ou d’ouvrages sacrifiés pour le bien d’une périodicité de parution dont nous ne comprenons plus trop le sens.

Par Jérémy Derny, Librairie L'impromptu, Paris 11e
 
Librairie L'impromptu - Paris
 

Si de nombreux libraires vont se montrer prudents d’ici la rentrée littéraire en espérant protéger au mieux leur trésorerie, il va pourtant être aussi question d’alourdir le clivage entre les petits éditeurs et les grands groupes éditoriaux. Et pourtant nous savons bien que leurs modes d’existence ne connaissent pas les mêmes réalités. N’est-il pas aussi de notre rôle de soutenir les éditeurs indépendants ? Derrière un livre, il y a toujours de l’humain : éditeurs, relations librairies, etc. Il ne faudrait pas que la prudence nous empêche de défendre correctement les titres de nombreux éditeurs des plus petits et confidentiels aux plus grands et de renommée. C’est pourtant un piège qui se dessine... 

Nous sommes, il me semble, les garants d’une diversité et surtout la condition pour qu’elle existe. Bien entendu, cette pause forcée aura des conséquences financières et économiques, d’autant plus pour toutes les structures avec du personnel ou déjà fragilisées. Mais c’est pourtant bien notre métier, dans tout ce qu’il représente, qui pourra nous faire perdurer : sélectionner, renouveler, proposer. Il n’y a pas que les nouveautés et les offices, il y a tant d’occasions de valoriser le fond et la situation que nous connaissons actuellement nous en donne la chance !

Cette crise sanitaire peut-elle être une opportunité ? A priori, nous devrions répondre non. Les temps à venir ne seront pas des plus agréables, mais ils nous permettent cependant de mettre en exergue tout ce qui ne fonctionne plus dans notre relation librairie-éditeur-distributeur. Pouvons-nous continuer à jouer ce jeu d’une quantité assumée au détriment d’une qualité défendue ? Pouvons-nous continuer à subir des marges parfois de l’ordre du mépris et payer des frais de port pour du pilon ? 

Librairie L'impromptu - Paris


Il me semble évident que les récompenses qui font les cycles de parution devraient être repensées pour favoriser une meilleure répartition plutôt que d’assurer un boom qui ne vise qu’à une course au trophée. Enjeu financier autant qu’écologique, les rentrées littéraires produisent des anonymes et des déçus pour mieux mettre en lumière quelques chanceux. La prise de risque est tout autant partagée par les grands du secteur qui vont désormais se limiter aux valeurs sures plutôt que de s’orienter vers des choix plus audacieux parmi lesquels le premier roman. 

Il est toujours plaisant de revoir ses amis libraires, éditeurs, représentants, pour préparer la rentrée d’autant plus autour d’un buffet et d’un verre, mais si ces rencontres pouvaient prendre de nouvelles formes à l’avenir, elles nous contraindraient à davantage travailler nos rapports aux éditeurs, et ce à l’échelle nationale.

Notre réalité est aussi commerciale, ne nous en cachons pas, et entre de faibles marges qui en deviennent des combats et la logistique quotidienne, nous pouvons en oublier notre relation avec les éditeurs, pourtant notre premier partenaire notamment sur la question des dépôts pour les rencontres. 

Nombreuses sont les pistes et les réflexions que nous pouvons envisager pour perdurer en nous soutenant réciproquement. Je crois que nous pouvons tenter d’être optimistes et continuer le jeu de l’industrie du livre tout en l’améliorant et en soutenant la richesse du monde littéraire et des éditeurs français. 

Librairie L'impromptu - Paris
 

À la librairie l’impromptu, nous avons voulu montrer notre solidarité auprès de petits éditeurs. L’espace café a cédé sa place au Petit salon de l’impromptu où des tables ont été dressées pour mettre en avant des maisons que nous affectionnons. Les murs ont laissé la place aux posters, aux citations, aux représentations de ces éditeurs. Sélectionner, renouveler et proposer pour les curieux et les fidèles : cette mise en place a permis de multiplier les ventes depuis le 11 mai et de faire découvrir de nombreux auteurs. 


Photographies : Librairie L'impromptu, ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
Quelle belle tribune et quelle magnifique initiative.

J'avoue, j'ai très envie de découvrir ces éditeurs et nombres de leurs auteurs.

A très vite à la librairie.
Bravo pour l'initiative !!
On ne peut plus d'accord avec cette tribune et hyper impressionnée par la Librairie L'Impromptu ! Toujours voir une transformation positive et trouver des solutions concrètes pour servir des convictions humanistes et juste ! Bravo.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.