Livre Paris, vitrine du livre en langue française, vraiment ?

Auteur invité - 11.03.2019

Tribune - Livre Paris - salon livre paris - livre langue française


À la veille de cette fête du livre que devrait être « Livre Paris », force est de constater que l’absence de beaucoup d’éditeurs, année après année, n’est pas du meilleur effet. À l’égard de tous les professionnels, français ou étrangers, et du public. Peut-être même cet effet est-il même secrètement désastreux.
 
par Pierre Astier, agent littéraire

Livre Paris 2018 de nuit
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Si, en tant qu’organisateur de cette manifestation, le SNE (Syndicat National de l’Édition), fort de ses 670 membres (sur environ 4500 éditeurs en France) ne parvient pas à exprimer son unité et sa diversité, alors il y a problème.

Problème lancinant qui, au fil des années, devient un poison lent. 

Qu’on en juge par les éditeurs absents à Livre Paris : Grasset, Fayard, Calmann-Lévy, Stock, Mazarine, Lattès, Hatier, Kéro, Dunod, Rageot, Chêne, Hazan, les Arènes, Liana Lévi, etc. (la liste est très longue.) Ou par les régions absentes : la Bretagne, la Corse, l’Occitanie, la Bourgogne-Franche-Comté, le Centre-Val de Loire, la Nouvelle Aquitaine, etc. 

Sans parler d’une multitude de maisons indépendantes qui constituent la formidable bibliodiversité francophone et qui, lassées de faire de la figuration coûteuse, renoncent à venir. Le public de la Porte de Versailles est donc privé de rencontres possibles avec les auteurs et les éditeurs de ces maisons. 

Que les pouvoirs publics (Mairie de Paris, Région Île-de-France, ministères de la culture, des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale notamment) en tant que partenaires n’aient pas conscience, ferment les yeux et s’accommodent de ce qui devrait être une obligation d’entente et d’effort collectif n’est pas acceptable. 
 

Des structures souples et indépendantes ?


Dès lors, la question se pose : si le SNE n’est pas capable de s’entendre (car là est le problème, semble-t-il) pour offrir pendant cinq jours une vitrine complète de ce qu’est l’édition en langue française, doit-il continuer à en être l’opérateur principal ?

Les édiles de la région Île-de-France, ceux de la Ville de Paris et les stratèges de l’État doivent urgemment se poser la question. Ou alors, revoir ce discours édifiant sur l’exception culturelle française, sur l’exemplarité de la Politique Publique du Livre et de la Lecture française tant vantée. 

Des états généraux du livre en français ont été lancés qui identifient les verrous du marché international du livre en langue française. Poser la question des foires et salons dans l’espace francophone, de leur coordination et de leur professionnalisation, ainsi que de leur coopération est une évidence. Et depuis longtemps.
 
Pour le rayonnement de Paris, une des rares capitales dans le monde à ne pas être dotée d’un grand festival littéraire international et d’une grande foire du livre internationale, ne faudrait-il pas songer à des structures souples, mais surtout indépendantes, pour les organiser ?



Erratum : la tribune a été modifiée par la rédaction : elle mentionnait l'absence de Pika et Livre de poche, qui sont bien présentes au salon du livre de Paris.


Commentaires
Il faudrait apprendre à vérifier vos sources - livre de poche, pika éditions...sont bien présentes cette année à Livre Paris. Allez, salut !
Bonjour

Merci de la précision, nous l'avons précisé dans le texte.
Je suis entièrement d'accord que ce salon n'est pas le reflet de ce qu'est réellement le monde de l'édition puisque bon nombre d'éditeurs ne peuvent pas y être présents à cause des tarifs exhorbitants des stands. Mais effectivement, vous devriez vérifier vos informations, car la région Nouvelle-Aquitaine y a bien un stand sous le nom d'ALCA, de même que la Bretagne avec les Editeurs Bretons.
Il existe un excellent salon littéraire à Paris, l'autre Salon, qui se tient deux fois par an : l'un en mars, il vient de fermer ses portes au Palais de la Femme, l'autre en novembre aux Blancs-Manteaux. Vous n'y trouverez que des éditeurs, venus de toute la France et même de l'étranger. Une très belle vitrine de la bibliodiversité française que ne manquent pas les visiteurs, fidèles et nombreux. Point de mercantilisme derrière cette organisation, juste une association à but non lucratif, l'autre LIVRE, qui retrousse ses manches et se bat pour que vive la littérature sous toutes ses formes.
Merci pour cette tribune qui met le doigt sur un problème réel. Il faut être allé à la foire de Francfort pour mesurer comme le salon de Paris est petit et à Bruxelles pour comprendre ce qu'est un accueil de qualité.

A Livre Paris l'entre-soi règne en maître. Tarifs exorbitants (compter 6000€ pour avoir un stand de 8-9 m² correct. Vous voulez l'ADSL ? c'est 400€ de plus, etc.). Organisation rigide, qualité d'accueil déplorable pour les petits (la plupart du temps il n'y a d'ailleurs aucun accueil physique, on se débrouille seul). Mandat de Reed expo reconduit en dépit de leurs errements...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.