Livres du lundi #9 : Le pouvoir et la désobéissance

Xavier S. Thomann - 24.06.2013

Tribune - Giorgio Agamben - Christophe Paviot - Philosophie


Aujourd'hui, nous allons nous pencher sur la question de l'autorité. Les deux ouvrages en question sont : La Guerre civile est déclarée de Chrisophe Paviot et Qu'est-ce que le commandement ? du philosophe italien Giorgio Agamben. Un roman et un essai pour interroger la question de notre rapport à l'autorité et au pouvoir établi. 

 

Dans son roman, Christophe Paviot nous invite à suivre la vie d'Arnaud, jeune cadre bien sous tout rapport résidant à Rennes. Une existence des plus banales en somme, à ceci près qu'Arnaud travaille à son invisibilité depuis un certain temps déjà. Il fait tout pour passer inaperçu : il évite avec soin les caméras de surveillance et ne se lie pas beaucoup à son entourage, assurant le minimum vital. 

 

Mais Arnaud n'est juste un paranoïaque ou un contestataire d'une société morne et sécuritaire. Arnaud est aussi terroriste. Un terroriste sans véritable cause. Il parcourt Rennes et sa banlieue en mettant le feu à des voitures, une piscine, un centre commercial. Le tout après sa journée de travail comme manager junior dans une entreprise d'assurances. 

 

 indignes-Rennes_mai2011_052

 Une banderole dans le centre de Rennes

Nessy du Loch 2011, CC BY-SA 2.0

 

Que cherche à prouver cet étrange individu ? Heureusement pour le lecteur un peu perplexe on trouve une sorte de manifeste dans l'un des nombreux passages où le personnage se confie à nous :  

Quand l'injustice devient la loi, la réaction s'érige en devoir. Je ne suis pas un terroriste, je sais où me situer, je connais mes ennemis sur ce territoire et même bien au-delà, les terroristes ce sont les actionnaires. (...) Je crois en l'indépendance absolue, aux actions isolées, en solitaire. »

 

Sinon niveau style, on imagine que Chrisophe Paviot a dû lire beaucoup de Houellebecq. La ressemblance est même parfois assez frappante. Ce qui n'enlève ne rien à la valeur du livre : une autopsie à la fois blanche, chirurgicale et terrifiante d'un monde où l'ennui et la médiocrité sont les deux traits fondateurs. 

 

Aux orgines du commandement

 

En d'autres termes, cet Arnaud n'accepte pas de recevoir le moindre commandement. Pour comprendre un peu mieux cette question de l'ordre et de l'obéissance, on peut se reporter au bref essai de Giorgio Agamben. Il s'agit d'un texte prononcé dans le cadre d'une conférence à la Fondation von Siemens à Munich, en mai 2012. 

 

Quelques dizaines de pages qui permettent de démêler certaines des interrogations qui planent autour de ce concept assez peu étudié par les philosophes : le commandement. Dans l'optique le proposer une réponse à la question : pourquoi commande-t-on ? 

 

Pour ce faire, Agamben s'inscrit dans la lignée de Foucault et de Heidegger. Il cherche à esquisser les débuts d'une archéologie de la question du commandement, en opérant un retour à la racine grecque. Il explique en quoi le commandement est un début, un commencement et inversement : « Le début est aussi toujours le principe qui gouverne et qui commande ». 

 

Tout en finesse, il montre aussi comment le commandement ne peut être dissocié de la religion et de la magie, en raison de l'usage privilégié de la forme de l'impératif dans ces différents domaines. Or l'impératif est la forme même que prend un commandement.

 

Droit, religion et magie (...) constituent en effet une sphère où le langage est toujours à l'impératif. Je crois même qu'une bonne définition de la religion serait celle qui la caractériserait comme la tentative de construire un univers entier sur le fondement d'un commandement ».

 

Ce qui permet, in fine, au penseur d'arriver à la conclusion suivante : nous vivons dans un monde de commandement, davantage même que dans un monde de connaissance. L'homme moderne était un être de volonté. Et pour l'homme contemporain, le commandement est un moyen d'exercer cette volonté, autrement dit « endiguer l'abîme obscur de la puissance. » Mais ce sera tout. Le livre n'a d'autre objectif que de donner un aperçu des recherches en cours du philosophe. En attendant d'en savoir plus, on peut toujours relire Qu'est-ce qu'un dispositif ? ou l'un des tomes d'Homo Sacer

 

Ces livres du jour :

  • La Guerre civile est déclarée, de Christophe Paviot, Editions Dialogues, 245 pages, 19,90 eurs. 
  • Qu'est-ce que le commandement ?, de Giorgio Agamben, Bibliothèque Rivages, 80 pages, 10 euros.