Maroc : les librairies autorisées à réouvrir

Auteur invité - 26.05.2020

Tribune - Maroc librairies réouvertures - crise sanitaire librairies - Covid Maroc


Le gouvernement marocain annonce ce jour, mardi 26 mai 2020, par la voix de son ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othman El Ferdaous, la possible réouverture des kiosques et librairies sans autorisation préalable alors qu’un déconfinement était prévu initialement le 10 juin. Étonnant, car ces dernières n’avaient reçu aucune consigne les concernant le 20 mars (seuls les commerces de bouche et de première nécessité, comme les pharmacies, marchés, pouvaient rester ouverts).

Devant le peu d’informations les concernant les libraires ont agi au cas par cas. Donnons la parole à Stéphanie Gaou, directrice des Insolites à Tanger. Avec l'Alliance internationale des librairies francophones.

Librairie Les Colonnes
 
 
J’ai fermé la librairie le 18 mars 2020, voyant que le Maroc entrait dans une phase de confinement intensive à quelques jours du ramadan (qui est en temps normal, une période assez peu faste pour les librairies ici). D’un côté, j’ai fermé pour protéger ma collaboratrice et moi-même, et de l’autre, pour protéger la clientèle. À ce moment-là, nous ne savions pas vraiment quoi faire pour garantir une sécurité sanitaire fiable. J’ai préféré fermer.
 

S’adapter en travaillant son fonds, en créant des sélections sur les RS, des conseils personnalisés, une opération de parrainage


Cela a été très difficile les deux premières semaines de confinement. Rester loin de la librairie sans voir ma clientèle et les habitués, ce fut un coup dur. Je n’ai pas de site marchand, je communique juste sur Instagram et Facebook, je ne savais pas comment rendre accessible mon stock. J’avais calculé que je pourrais tenir financièrement jusqu’au 30 avril 2020 en restant fermée, c’est-à-dire que je pourrai assurer les charges fixes et le salaire de ma collaboratrice, mais quand j’ai vu la date du 30 avril arriver à grands pas, j’ai décidé de rouvrir le 1er mai.

J’ai profité du confinement pour lire ou relire le fonds de la librairie, et reprendre les sélections de la librairie, comme je le fais d’habitude en vrai. J’ai essayé les vidéos, mais je trouve ça trop laborieux et je ne suis pas à l’aise. Du coup, quelques jours avant le 1er mai, j’ai relancé l’idée de faire des livraisons et envois de colis dans tout le Maroc.

Plusieurs projets ont vu le jour : les sélections sur les réseaux sociaux, des conseils personnalisés via whatsapp avec mes clients réguliers, une opération de parrainage pour les clients qui ne sont pas à Tanger et qui peuvent à la fois soutenir la librairie en finançant des lots de livres pour des lecteurs qui aiment lire, mais n’ont pas toujours les moyens de consacrer des sommes à l’acquisition de livres. Après avoir reçu quelques dons, je lance concrètement l’opération cette semaine.

Mais de lourdes conséquences économiques et humaines et très peu d’aides locales

Le chiffre d’affaires est presque identique à celui de l’année dernière en mars, mais le CA 5 fois moins important en avril 2020 (par rapport à 2019). Il va falloir travailler plus cette année, je n’envisage pas de repos et ne pourrai pas prendre autant de risques au niveau des achats de livres, sachant que je n’ai quasiment pas d’office.

Au niveau des banques, il y a un produit pour les TPE/PME, qui s’appelle Damane Oxygène (une sorte de crédit avec un taux d’intérêt pas si avantageux que ça) pour aider à payer les charges fixes de la librairie sur 3 mois. La demande est laborieuse, je n’ai encore rien obtenu. Et la CNSS (sécurité sociale) assure 2000 dhs par mois pour les salariés qui n’ont pas travaillé. C’est peu encore. Rien d’autre. Depuis quelques jours, des amis très proches ont décidé de lancer une opération solidaire pour le lieu avec des artistes pour organiser une vente dont les fonds aideraient le lieu à maintenir une activité décente.

En ce qui concerne les fournisseurs, beaucoup ont cessé leur activité pendant le confinement et travaillent depuis leur maison. Il est quasiment impossible de commander des ouvrages nouveaux, à part avec un distributeur qui, lui, n’a jamais cessé son activité. Je reprends peu à peu (et prudemment) des commandes pour mes clients favoris.

Des craintes de perdre l’identité d’un lieu culturel d’échanges artistiques

Sur le court-terme, nous avons dû annuler plusieurs dédicaces d’auteurs, des expositions, car la librairie fait également office de galerie, et j’avais prévu un programme artistique jusqu’à octobre 2020 que j’ai dû annuler (billets d’avion perdus, etc.). Sur le long-terme, mon lieu n’a de sens que s’il est fréquenté. J’ai tout misé sur la convivialité du lieu, sa décoration, son style, sa possibilité de faire converger les désirs des artistes avec ceux des clients. Si ces derniers ne peuvent plus le fréquenter comme avant, ce ne sera plus aussi agréable de travailler.

Les gens ont l’air rassurés à la librairie, mais on les sent peureux. Dans l’ensemble, tout le monde se félicite de nous voir ouverts, et respecte très bien les mesures de confinement, mais ce n’est plus du tout aussi chaleureux qu’avant. Nous-mêmes faisons tellement attention à ne pas être des sources de contamination que nous en oublions parfois notre sympathie et désirs de partager nos lectures. Nous avons gagné une clientèle hors les murs puisque peu de librairies ont maintenu leur activité, mais j’ai bien peur que cela ne dure pas. Et pourtant, je suis très heureuse de développer un nouveau réseau de lecteurs/lectrices, très pointu.

Nouvelles initiatives : « click and go »

Nous avons rouvert le 1er mai en service « click & go ». Les clients demandent des livres via les réseaux sociaux, nous préparons les livres 48 h à l’avance en prenant toutes les mesures sanitaires (port de masque, lavage régulier des mains, gel, etc.). Les clients peuvent venir les chercher du lundi au vendredi de 10 h à 15 h où nous organisons des livraisons tous les jours sur Tanger. Une fois par semaine, nous organisons des envois de colis sur tout le Maroc avec le service express de la poste marocaine.

Les clients n’ont pas le droit d’entrer dans la librairie (sauf pour les règlements par carte bleue), ils ne peuvent pas toucher les livres. Nous nettoyons tous les jours la librairie (sol avec produit sanitaire, machine CB, consoles, claviers d’ordinateurs, etc.).

Dossier - Retrouver toute l’actualité de la librairie francophone dans le monde


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.