medias

Michel Butor annonce "L'arrivée de l'hiver"

Clément Solym - 15.11.2012

Tribune - Crise financière - capitalisme - poésie


Les Editions de la Différence donnent aujourd'hui la parole à Michel Butor dont ils s'honorent d'avoir publié les Œuvres complètes.

 

 

 

Lors d'une émission de radio sur Radio Aligre diffusée le dimanche 3 juin 2012, il nous était arrivé, devant le spectacle d'une civilisation qui s'écroule, de demander à Michel Butor de faire entendre la voix de l'un des plus grands auteurs français vivants, en lui réclamant avec une insistance désespérée de « descendre dans la rue ».

 

Il le fait ici avec le poème L'Arrivée de l'hiver dans lequel il remet la dette à sa place : « Il faut sauver notre monnaie il faut sauver nos privilèges il faut sauver nos décideurs qui ne savent plus décider nous demandons des sacrifices c'est nous qui sommes endettés c'est vous qui devez rembourser […] c'est nous qui avons arrangé les choses de cette façon».

 

Merci à Michel Butor.

 

 

L'ARRIVÉE DE L'HIVER

L'automne a été plutôt doux
c'est déjà le début de décembre
il reste des feuilles aux arbres
celles qui couvrent les sentiers
gardent leurs couleurs somptuaires
crissant sous les pas du piéton
le réchauffement climatique
nous fait craindre la sécheresse

Mais dans les cavernes du Nord
le froid affûte ses couteaux
pour nous lacérer à travers
les couches que nous porterons
pour vaincre l'engourdissement
des tonnes de pluie se préparent
à provoquer inondations
pour redoubler le paysage

La dette la dette la dette
pluie de dettes flocons de dettes
les agences de notation
nous signalent quelques fissures
averses et brouillards de dettes
giboulées orages tempêtes
tonnerres tremblements de dette
glissement de terrain de dettes

Même si la température
moyenne hausse d'un degré
ou deux nous connaîtrons le gel
et la neige va recrépir
les façades de nos montagnes
préparer les champs des skieurs
même avec un peu de retard
sous un soleil éblouissant

La dette la dette la dette
des quartiers entiers sont déserts
tous neufs et même inachevés
et les autres sont surpeuplés
de clandestins et de chômeurs
la récession l'austérité
les épouvantails de la dette
il nous faut délocaliser 

Après les cadeaux de Noël
il faudra retourner en classe
et retrouver les camarades
lorgner par-dessus leurs épaules
pour deviner la solution
des exercices ténébreux
se joindre à leur jeux et clameurs
dans les cours de récréation

La dette la dette la dette
il faut sauver notre monnaie
il faut sauver nos privilèges
il faut sauver nos décideurs
qui ne savent plus décider
nous demandons des sacrifices
c'est nous qui sommes endettés
c'est vous qui devez rembourser

Les emballages repliés
le sapin coupé en morceaux
pour alimenter le foyer
on va reparler de la crise
le sol des rues sera criblé
de trous dans lesquels trébucher
si ce n'est de trappes cachées
pour nous abîmer dans les gouffres

La dette la dette la dette
comprenez c'est pour votre bien
n'écoutez pas les démagogues
il faut devenir raisonnables
ce sont les règles immuables
qui font que le riche est le riche
jusqu'à ce la grande crise
l'oblige à rembourser sa dette

Les banquiers qui surnageront
vont encor se frotter les mains
ils s'attribueront des bonus
en distribuant des dividendes
aux actionnaires subsistants
empruntez-nous a-t-on crié
rembourser vous sera facile
et bientôt l'on est expulsé

La dette la dette la dette
si nous plongeons vous plongerez
c'est nous qui avons arrangé
les choses de cette façon
et si ça fuit de tous côtés
nous saurons bien rafistoler
mais surtout pas tout reconstruire
les affaires sont les affaires

Mais comme la crise se creuse
personne ne peut acheter
sauf ceux qui possèdent déjà
châteaux gratte-ciels collections
aéroports particuliers
et qui amassent pour louer
mais il manque les locataires
et tout cet avoir devient vide

C'est l'hiver de l'économie
qu'il va nous falloir traverser
en attendant que le dégel
vienne détruire les barrières
les coffre-forts les forteresses
les mensonges les habitudes
et que les premiers bourgeons rouges
proposent un nouveau printemps 

 

 

Michel Butor, aux éditions de la Différence