« Nous adjurons le gouvernement turc de mettre fin à cette chasse aux sorcières »

La rédaction - 28.10.2016

Tribune - Necmiye Alpay - CEATL traducteurs europe - Turquie Recep Tayyip Erdoğan


En juillet 2016, le gouvernement turc fut visé par un coup d'État : la répression qui s'ensuivit, dirigée par le président Recep Tayyip Erdoğan, toucha sans distinction l'armée, certaines institutions, les médias et les citoyens. Parmi eux, des éditeurs et des auteurs. Le CEATL attire particulièrement l'attention sur Necmiye Alpay, traductrice, éditrice, critique, auteure et linguiste turque.

 

Necmiye Alpay

 

 

16 télévisions, 23 radios, 45 journaux, 15 magazines et 29 maisons d'édition, au moins, condamnés à des fermetures administratives : c'est le triste bilan de la Turquie post-coup d'État, sans compter les milliers d'individus interrogés, arrêtés et emprisonnés pour leurs convictions. C'est le cas de Necmiye Alpay, traductrice, éditrice, critique, auteure et linguiste turque.

 

Le CEATL, Conseil européen des Associations de traducteurs littéraires, a envoyé deux lettres au Président Recep Tayyip Erdoğan et au ministre de la Justice Bekir Bozdağ, que nous reproduisons ci-dessous dans leur intégralité.

 

 

*

*   *

 

 

Le Conseil européen des Associations de traducteurs littéraires (CEATL) a été informé de la détention de Necmiye Alpay, traductrice, éditrice, critique, auteure et linguiste turque, âgée de 70 ans, et membre de l’association des traducteurs turcs ÇEVBİR, représentée au CEATL.

 

Necmiye Alpay traduit en turc des textes philosophiques d’auteurs comme Said, Girard, Ricœur et Marchand. Ses propres ouvrages apportent une contribution importante à l’amélioration du turc écrit. Elle a travaillé pour de nombreux périodiques et contribué régulièrement à plusieurs journaux.

 

Elle a toujours défendu avec ferveur la liberté d’expression et appelé à la paix entre la Turquie et le PKK (Parti des travailleurs kurdes). C’est à ce titre qu’elle a fait partie du comité consultatif du journal Özgür Gündem, poste symbolique destiné à montrer son attachement à la liberté d’expression.

 

Depuis le 16 août 2016, date à laquelle Özgür Gündem fut fermé temporairement par l’état turc pour « soutien au terrorisme du PKK », toute personne ayant un rapport avec le journal a fait l’objet d’une enquête. Necmiye Alpay a été accusée d’ « appartenir à une organisation terroriste armée ». Elle est incarcérée dans l’attente de son procès, au prétexte qu’ « elle pourrait s’enfuir. » De tous les nombreux journalistes et intellectuels emprisonnés dans l’attente d’un procès, Necmiye Alpay est la plus âgée, et de santé fragile.

 

Elle nie toutes les accusations portées contre elle. Son emprisonnement a une motivation politique. Nous pensons qu’elle est détenue uniquement pour avoir exercé de façon pacifique son droit à la liberté d’expression. La liberté d’expression est un droit humain universel dont doit jouir tout individu, indispensable à un climat culturel florissant dans n’importe quel pays.

 

Le CEATL, organisation internationale représentant plus de 10 000 membres d’associations de traducteurs littéraires de 28 pays européens, exige la libération immédiate de Necmiye Alpay. De plus, nous adjurons le gouvernement turc d’arrêter la répression de l’opposition pacifique, la société civile, les media et l’éducation, et de mettre fin à cette chasse aux sorcières politique contre les intellectuels en faveur d’une solution pacifique au conflit en cours en Turquie.

 

Dr. Holger Fock

Président du CEATL