Open Access : l'édition scientifique face à la gratuité des publications

Auteur invité - 29.03.2018

Tribune - édition scientifique publication - open access édition - gratuité édition scientifique


Mise à jour du 12 avril : Le Palais des Académies qui devait accueillir la rencontre a signalé aux organisateurs qu’il ne serait pas possible de mettre la salle à disposition, « contrairement à ce qui avait été prévu », indique l’ADEB. « Nous nous voyons donc contraints de repousser cette réunion à une date ultérieure et vous prions de bien vouloir nous en excuser. »



L’Open Access continue de multiplier les interrogations auprès des éditeurs, et principalement scientifiques et de sciences humaines. Dans la perspective de libre accès, et de diffusion la plus large possible de la recherche, l’édition scientifique questionne : leurs publications doivent-elles être gratuites ?

 

The Dragon (1968) - António Charrua (1925 - 2008)
Pedro Ribeiro Simões, CC BY 2.0

 

Benoît Dubois, président de l’Association des éditeurs belges (ADEB), signe ainsi une tribune en prélude à la table ronde qui doit se tenir ce 16 avril prochain à Bruxelles. 46 % des éditeurs membres représentent la moitié du chiffre d’affaires de l’édition belge de langue française, doit-on rappeler. Cela implique édition de sciences humaines et sociales, institutionnels et universitaires ou prévis, avec notamment une grande part d’éditeurs juridiques.

 

Son texte est ici reproduit dans son intégralité.
 

 

Le projet de Décret Open Access actuellement en discussion au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles vise à instaurer un régime de dépôt obligatoire des articles des chercheurs de la Communauté française, et de diffusion gratuite de ces textes très rapidement après leur première publication, dans l’espoir d’en améliorer la circulation et la visibilité.
 

Cette mesure, dont un des objectifs secondaires consiste à peser sur le prix des abonnements, n’impactera sans doute que faiblement les publications internationales dont la part d’auteurs belges francophones est faible. Par contre, elle risque de déstabiliser gravement l’économie des publications scientifiques comptant un nombre important d’auteurs belges francophones, notamment en droit et en sciences humaines et sociales. Et pourtant en ces domaines, l’équilibre économique des publications scientifiques est de plus en plus fragile.
 

Allemagne : 200 universités poursuivent
leur bras de fer avec Elsevier

 

Les objectifs des promoteurs de ce projet de décret sont en partie compréhensibles, notamment s'il s’agit d’améliorer les conditions d’accès aux résultats des travaux de recherche. L’action quotidienne des revues et des éditeurs s’inscrit d’ailleurs exactement en ce sens : participer au développement d’une science aussi riche et aussi diverse que possible.
 

Mais chacun comprendra qu'éditer des textes scientifiques ne se limite pas à diffuser des PDF sur Internet. Editer des textes scientifiques demande de les sélectionner, de les améliorer et de les valider via des échanges réguliers avec les auteurs, de concevoir des dossiers et des numéros thématiques, de corriger les épreuves et de les mettre en forme, de les imprimer, de les diffuser et/ou d’en assurer la « mise en ligne » sur des plateformes à haute valeur ajoutée.

Autant d’activités et de services à la communauté et au public qui ont un coût, et qu’il est donc nécessaire de pouvoir financer au risque de ne plus être en mesure de distinguer les œuvres du vrac.
 

“Google et consorts peuvent payer le data mining”
(Michiel Kolman, Elsevier)

 

D’autres États - le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse - avancent progressivement dans la direction de l’Open Science, mais ils le font en ayant créé au préalable les conditions d’un dialogue équilibré entre les différents acteurs, et en ayant dégagé les moyens financiers nécessaires au financement « en amont » (sous forme de subventions ou sous d'autres modèles) des publications scientifiques, en contrepartie de leur diffusion gratuite sur Internet.

Force est de constater que, malheureusement, cela est loin d’être le cas en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Afin de revenir sur l’ensemble des aspects de ce dossier complexe, un moment de réflexion et de prise de recul vous est proposé le lundi 16 avril prochain, veille du débat au Parlement, à Bruxelles (Académie royale, Rue Ducale 1) de 12h à 14h.
 

Les inscriptions sont ouvertes à cette adresse.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.