Poésie : La force spirituelle de Jean-Pierre Boulic, une lumière pour tous

Editions La Différence - 22.05.2014

Tribune - Jean-Pierre Boulic - La part commune - matière de Bretagne


Les Éditions de La Part Commune ont, depuis le 1er septembre 2013, confié leur diffusion à La Différence et ont partagé avec celle-ci la joie de voir Jean-Pierre Boulic, auteur des recueils de poèmes En marchant vers la haute mer (2008), Patiente variation (2010) et Je vous écris de mes lointains (2012), tous parus à La Part Commune, être couronné par l'Académie littéraire de Bretagne et des Pays de Loire, qui, pour l'ensemble de son œuvre, vient de lui attribuer le Prix Yves Cosson de poésie 2014.

Les Éditions de la Différence sont heureuses aujourd'hui, pour fêter cet évènement, de donner la parole à La Part Commune. 

 

 

L'Académie littéraire de Bretagne et des Pays de Loire a la vocation de faire connaître des auteurs mettant en excellence la littérature française. Ses activités s'inscrivent dans de nombreuses manifestations, interventions, conférences, animées par ses membres dans les domaines des Lettres, de l'Art, de la Musique, de la Science, de l'Histoire, etc. Chaque année, elle récompense des écrivains, des essayistes, des poètes, par le Grand Prix Jules Verne, le prix de l'Académie, le prix Yves Cosson de poésie, le Prix de Loire Atlantique fiction, le Prix de Loire Atlantique documentaire.

 

Depuis 2003, elle met en valeur l'œuvre d'un poète du Grand Ouest. Le prix a pris le nom Yves Cosson de poésie en 2013 afin de pérenniser l'œuvre de ce magnifique poète de la région. 

                  Cette année 2014, le Prix Yves Cosson de poésie a été décerné à

                      Jean-Pierre BOULIC pour l'ensemble de son œuvre.

 

Né en 1944, dans une famille d'origine brestoise, Jean-Pierre Boulic a publié, depuis son premier recueil en 1976, une bonne vingtaine d'ouvrages. Dès le départ, ils ont été largement reconnus : Charles Le Quintrec en a dit que « c'est un bonheur de langage – dans sa simplicité même - qui tient de l'essentiel, c'est-à-dire de l'homme face à l'Éternité.

 

La Bretagne interfère dans ce chant-là avec ferveur et gravité ». Jean-Pierre Lemaire, Grand Prix de poésie de l'Académie française, a pu ajouter que « l'un des grands mérites de Jean-Pierre Boulic est de rester disponible aux surprises du visible et de l'invisible quand celui-ci s'abaisse jusqu'à nous… ». Depuis 2010, l'œuvre est notoirement distinguée par le Grand Prix de poésie Louis Montalte de la Société des Gens de Lettres.

 

 

Jean-Pierre Boulic credit JCPodeur

 

 

Si les Éditions Minihi Levenez publient ce qui touche directement « à la matière Bretagne » de l'auteur dans des ouvrages illustrés de photographies (notamment Une île auprès des ciels, Le chant bleu de la lumière, Sous le regard des nuages), le fondateur des Éditions La Part Commune à Rennes, Yves Landrein a remarqué en 2007 le caractère universel de cette belle écriture poétique et souhaité accueillir l'auteur dans sa Maison. Les recueils du lauréat portent toujours des titres évocateurs : En marchant vers la haute mer (2008), Patiente variation (2010), Un petit jardin de ciel (2011), Je vous écris de mes lointains (2012), Cette simple joie (à paraître)…

 

Dans les salles de réception du Conseil Général de Loire-Atlantique, à Nantes, au cours de son allocution de remise du Prix Yves Cosson de poésie de l'Académie littéraire de Bretagne et des Pays de Loire, Paul Morin a souligné qu'en ce monde « la force spirituelle de la poésie de Jean-Pierre Boulic est une lumière pour tous ».