Rapprocher auteurs et lecteurs, ou la véritable trahison de Wattpad

La rédaction - 10.08.2016

Tribune - wattpad écriture plateforme - auteure internet commentaires - lecteurs auteur texte


L’Attelage est un collectif réunissant de jeunes auteurs de science-fiction et de fantasy. Il regroupe des talents réunis autour d’une idée du partage des textes : l’intention première est d’offrir une lecture et de réagir en fonction des commentaires des internautes. Depuis les réseaux sociaux, en passant par les plateformes de publication comme Wattpad, ils expérimentent. Et choisissent. Par exemple, de cesser Wattpad, comme l’explique l’une des fondatrices du collectif, Marion Roudaut.

 

 

 

1.000+ followers : ce nombre peut faire rêver de nombreux auteurs, et c’est bien compréhensible. Après tout, ne dit-on pas qu’un auteur n’aspire qu’à être lu ? Wattpad m’a offert cette extraordinaire opportunité, celle de soumettre mon travail à un millier d’anonymes, voire plus, dans la mesure où il existe tout un public dit « fantôme » sur Wattpad, un cortège de silencieux qui ne vote pas, ne commente pas, ne follow pas, mais vous lit assidûment. Cette plateforme m’aura permis de travailler avec une motivation suffisante pour écrire deux chapitres par mois et les poster sitôt leur relecture achevée. 

 

Produire, poster, récolter le feedback, tel est le quotidien d’un auteur wattpadien à « succès ». Parfois, on reçoit tellement de témoignages d’intérêt qu’on n’a pas assez d’une journée pour remercier tout le monde. C’est une sensation grisante pour une auteure comme moi, qui n’a pas eu « l’honneur » d’être retenue par les maisons d’édition, mais la chance d’être suivie attentivement par des lecteurs en quête de divertissement. 

 

Ces derniers savouraient l’opportunité de m’adresser directement leur ressenti, suite à leur lecture. J’étais quelqu’un « comme eux », dans le fond, quelqu’un d’accessible, car non-auréolé de cette gloire quasi mystifiée de la publication papier. J’étais Marion, la fille de 19 ans qui se débrouille bien avec un clavier, leur répond à tous sans se prendre la tête, et va en cours entre deux posts sur Wattpad. 

 

La « normalité », c’est définitivement très tendance depuis quelques années

 

La plupart de mes jeunes lecteurs avaient la sensation de découvrir, avant même le monde si lointain et fantasmé de l’édition, les futurs best-sellers. Certains affirmaient dans leurs commentaires enthousiastes que je devais retenter la « vraie » publication, que je ne pouvais pas ne pas être éditée, et qu’ils seraient les premiers à acheter mes romans en librairie. 

 

Car ils voulaient pouvoir dire : « J’ai participé à ça, elle a réussi en partie grâce à moi, j’ai permis à l’histoire de sortir des limbes d’Internet. Peut-être que ça m’arrivera un jour. » Vous avez peut-être vécu la chose, lorsqu’un chanteur que vous suivez depuis ses débuts est brusquement devenu la coqueluche des radios et des festivals. Vous aimez alors répéter que vous aviez perçu son talent avant tout le monde, quand même.

 

Ce mécanisme similaire se concrétise occasionnellement avec le succès retentissant d’adolescentes repérées sur Wattpad par des éditeurs curieux, qui signent des contrats de publication et voient leurs romans achetés en masse par des lecteurs virtuels, rendus euphoriques par la matérialisation de leur divertissement.

Parce qu’ils ont la sensation, et à raison, de faire partie d’un phénomène. Ce sont eux qui, par leurs votes, leurs commentaires, leurs partages, leur admiration, ont permis à ces histoires de crever les écrans d’ordinateur, suffisamment pour que de grands pontes de l’édition repèrent la poule aux œufs d’or, et spéculent sur la fanbase déjà existante ; une masse d’admirateurs déjà conquis, avant même la sortie de l’ouvrage !

 

Le bon plan, la configuration parfaite

 

Bien sûr, il faut garder le sens des proportions en tête. Mes « performances » statistiques n’arrivaient pas à la cheville d’auteurs comme Anna Todd, célèbre illustration des success-stories possibles sur le Wattpad anglophone. La version francophone n’intéresse encore que très peu les éditeurs, bien qu’un peu plus qu’il y a trois ans, lorsque j’alignais tranquillement les mots sur ma page Word. 

 

Toutefois, avec trois tomes de High Fantasy cumulant à un peu plus de 100.000 vues – comprenez 100.000 clics –, je bénéficiais d’une belle mise en avant dans la catégorie Fantastique.

 

Pourquoi j’ai tout quitté, alors ?

 

Wattpad ne permet pas que de belles rencontres entre lecteurs et auteurs, il encourage également à l’interaction entre les créateurs d’histoires. Et j’ai fait la connaissance de deux adolescentes, devenues des amies, qui me commentaient en détail et faisaient un relevé minutieux de leurs impressions sur mes chapitres. Je compilais toutes leurs remarques en me disant qu’à la prochaine relecture de mes tomes, je modifierai çà et là ce qui clochait un peu.

 

Sans titre

vers de nouveaux horizons ? - Jamison Foser, CC BY 2.0

 

 

N’allez pas croire que ce genre de feedback est monnaie courante sur Wattpad. Vous avez sûrement entendu parler de sa face noire, celle d’une plateforme où la grande majorité de l’audience consomme les histoires plus qu’elle ne les lit, et gratifie les chapitres de simples encouragements à poster la suite « au plus vite », parce que c’est « trop bien ». Ce genre de retour est plaisant, bien sûr, mais il est venu un temps où j’ai pris du recul sur l’ensemble de mes livres et où j’ai compris qu’on ne pouvait pas écrire, corriger et publier un chapitre excellent en deux semaines, et penser qu’on ne le retouchera pas. 

 

C’est impossible. Mes tomes étaient peut-être sympas, fun, divertissants, mais ils n’allaient pas au fond des choses. Écrire, ce n’est pas juste aligner des mots, c’est les lier de manière harmonieuse, esthétique, pour qu’ils expriment quelque chose de cohérent et de fidèle à votre pensée. Un bon et beau livre est un reflet de celui qui l’a écrit, avec sa manière unique de penser, d’observer un monde intérieur et de le livrer à autrui.

 

J’enfonce certainement une porte ouverte à renforts de tournures lyriques, mais j’estime important de le rappeler. 

 

Pour approfondir

Publier ses histoires sur Wattpad : du cercle vertueux au circuit fermé

 

 

Or, la ferveur de mes nombreux lecteurs exerçait une sorte de pression que j’ai mis trois ans à percevoir. J’écrivais de manière quasi compulsive, mécanique, avec en tête l’impatience de pouvoir livrer mon travail et de lire la satisfaction procurée à mes lecteurs. Ces derniers, trop heureux de voir leur histoire s’étoffer rapidement, m’encourageaient en toute bonne foi à ne pas m’arrêter. 

 

Alors, j’ai couru un marathon long de trois ans, sans même m’en rendre compte.

 

Il aura fallu une autre rencontre avec un troisième auteur, et son impitoyable œil de lynx qui a relevé, dès les premiers chapitres du tome 1, les lourdeurs, les failles de scénario, les invraisemblances, les raccourcis, les voies faciles, les impasses, et mon potentiel laissé en jachère par l’envie de faire plaisir à mes lecteurs qui aimaient ce que je faisais, mais ne s’attardaient pas sur ce qui n’allait pas. 

 

Que l’on ne se méprenne pas, je prenais plaisir à écrire pendant ces trois ans, mais j’avais été grisée par cette sensation d’avancer et de filer plus vite que le vent, plus vite que le temps, de voir mon monde se construire. Personne n’est à blâmer dans cette histoire, c’était tout simplement la logique du succès wattpadien. 

 

Changer les habitudes, ou la force de l'inertie

 

J’ai donc saisi l’opportunité de créer L’Attelage en conservant cette dynamique d’échange entre lecteurs et auteurs, le tout dans un cadre plus sérieux qui permettait aux histoires d’exprimer tout leur potentiel. Pour mener à bien ce nouveau départ dans ma vie d’auteure, j’ai tenu à retirer mes histoires de Wattpad, entièrement, après avoir averti mes lecteurs qu’ils pourraient les retrouver sur le site de l’Attelage dans une nouvelle version beaucoup plus travaillée.

 

Mais pourquoi « l'Attelage » ? L’idée est venue en pensant à des chiens tirant un traîneau dans la neige : chacun des animaux possède un rôle différent au sein du groupe, tout aussi important les uns que les autres, et tous œuvrent avec le but commun de faire avancer la lourde charge à laquelle ils sont harnachés, un symbole parfaitement adapté à notre démarche et plein de sens ! Chacun des auteurs attelés est un individu fondamentalement différent qui contribue à sa manière pour faire de ce projet une réussite. L'Attelage

 

Une dizaine de lecteurs ont opéré la bascule, de Wattpad à L’Attelage. Les autres m’ont demandé de revenir sur ma décision, certains m’ont dit qu’ils en pleuraient et que je ne pouvais pas les priver de mes livres « comme ça ». Une extrême minorité, hardie, m’a adressé des messages privés pour m’injurier et me dire que je les décevais à ne penser « qu’à moi » et à l’argent. 

 

J’ai tenté de les convaincre que rien ne changeait vraiment, que je ne faisais que déplacer mes histoires pour les améliorer dans un cadre qui me convenait davantage, que les abonnements « à la Netflix », de 12 €/an, ce n’était rien comparé aux 20 € qu’ils auraient eu à débourser pour un seul exemplaire papier, celui qu’ils me promettaient d’acheter en librairie. 

 

Mon départ a été vécu comme une désertion, voire une trahison. Mon œuvre s’était vue si appropriée par d’autres qu’elle semblait appartenir au domaine public. Je leur arrachais leur petit plaisir, je me parjurais sans avoir eu le souvenir d’avoir promis quoique ce fût.

 

Mais je ne regrette absolument pas ma décision. Même si je regrette profondément qu’elle ait attristé la majorité de mes followers, j’ai pu prendre un nouveau tournant dans mon écriture et repenser ma façon de travailler. Aujourd’hui, je collabore à la fois avec les auteurs Attelés et les lecteurs, les premiers relisent et corrigent avec moi les brouillons de mes chapitres avant publication, puis les seconds apportent leur éclairage sur la version en ligne. Les fichiers sont corrigés en conséquence et tendent vers toujours plus de qualité, jusqu’à ce qu’une version finale soit prête pour la publication papier. 

 

C’est vraiment le jour et la nuit, surtout lorsque des illustrateurs et des compositeurs collaborent avec vous pour approfondir et concrétiser votre univers, à la fois en tant qu’artistes et lecteurs. Et croyez-moi, lire sur le forum de l’Attelage un commentaire constructif qui commence par un « j’adore », ça fait quelque chose et je me dis que ça valait la peine de tout quitter pour se remettre en question, le système éditorial avec.