Réseaux sociaux, supports imprimés : l'art subtil de la communication

Association Effervescence - 02.07.2013

Tribune - association effervescence - master - edition et audiovisuel


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du Master Édition et Audiovisuel de Paris IV-Sorbonne, vous donnent rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du Master et de l'association. Cette semaine, on vous parle de nos méthodes de communication.

 

Pour faire vivre une association comme Effervescence, il faut diffuser son programme et faire connaître ses objectifs. Cette année, dans le but d'accroître la visibilité de l'association, un nouveau poste a été créé dans le bureau : le poste de chargé(e) de communication.

 

La communication : clé d'un programme riche

 

Cette année, dans une politique de redynamisation, l'association a largement étoffé sa programmation. Tables rondes, journée portes ouvertes, master class, soirées, participation à des événements de Paris-Sorbonne… autant de rendez-vous à honorer, pour des publics souvent différents. Aussi allait-il de soi qu'il était primordial de mettre également l'accent sur notre communication. C'est donc un double effort que se sont imposés les membres actifs de l'association : organiser une programmation plus riche et communiquer davantage autour d'elle. Le poste de chargé(e) de communication a ainsi été créé au sein du bureau. La personne responsable s'occupe donc de coordonner la création des éléments papiers (flyers, affiches, dépliants…), d'animer les comptes des réseaux sociaux (Twitter et Facebook), et d'unifier le discours de l'association sur l'ensemble de ses supports, ainsi que sur le site internet ou la chronique hebdomadaire ActuaLitté que vous êtes en train de lire. 

 

 


 

 

Dans un même élan, pour rafraîchir l'image d'Effervescence et aider à la relance de sa visibilité, un nouveau graphisme a été pensé pour nos éléments de communication, ainsi qu'un nouveau logo. Papier ou numérique, nous avons fait en sorte que la charte graphique de l'association soit bien reconnaissable.

 

Penser la multiplicité des supports

La communication autour d'un même événement passe par plusieurs supports selon des temporalités différentes : 

 

- Les réseaux sociaux et autres media internet (le site internet, la chaîne Youtube, la chronique ActuaLitté…) interviennent les premiers, très en amont et jusqu'au jour-même, pour interpeller le public, attiser son attention, lui laisser le temps de prendre connaissance de l'événement et d'envisager d'y assister, lui rappeler qu'il approche. Le jour-même, nous essayons dans la mesure du possible de live-tweeter. Enfin, en aval, internet permet de remercier le public, de diffuser les photos/vidéos et le compte-rendu de la rencontre, d'en garder une trace. Ainsi, internet, en tant qu'outil puissant et gratuit, est notre principal moyen de communication. 

 

- La communication papier intervient moins tôt, même si sa conception doit s'envisager en vérité assez en amont. Il faut penser les affiches et les flyers selon la nature de l'événement, le public, l'endroit où il se tient, le budget disponible, les aides que l'on reçoit de nos partenaires… Il faut définir le contenu, créer le visuel, organiser la fabrication et penser la diffusion de chaque document. Flyers et affiches sont mis en place quelques jours avant le rendez-vous, et sont surtout utilisés le jour J. Leur impact est beaucoup moins mesurable ; il est certainement nettement moindre que la communication virtuelle, mais reste quasiment obligatoire, ne serait-ce que pour accueillir les gens sur place et identifier physiquement l'événement.

 

 

 

 

- La personne chargée de communication s'occupe également de contacter d'autres médias, essentiellement web, pour diffuser l'information de l'événement à venir. Cette démarche nécessite généralement beaucoup de temps et d'énergie, pour une portée très faible. Mais cette méthode se doit d'être appliquée régulièrement pour gagner, au fil des mois et des années, en notoriété auprès des organismes contactés, et donc en productivité.

 

L'heure du bilan

 

Alors, quels sont les résultats de cet investissement de l'association dans sa communication ? Il faut le dire : ils sont véritablement encourageants !

 

En termes de fréquentation de nos événements, tout d'abord. Alors que les tables rondes de l'association accueillaient habituellement une quarantaine de personnes, notre première rencontre, dont l'affiche était assez alléchante, a accueilli près de 80 spectateurs. Nos Portes ouvertes du master ont vu défiler tout au long de la journée une centaine de personnes. Nous espérons au moins égaler ces chiffres pour notre programme de l'automne.

 

Le résultat est encore plus probant sur les réseaux sociaux. Lorsque la chargée de communication a pris les manettes des comptes Effervescence, Twitter et Facebook, l'association comptait environ 130 « likes » et seulement 6 followers (le compte Twitter était encore très jeune). Six mois plus tard, nous comptons plus de 340 likes et de 250 followers. Pour cela, nous avons amélioré notre offre : des posts plus fréquents concernant des actualités de l'édition ou de l'audiovisuel, des informations sur le master LMA de Paris IV, la diffusion de contenus inédits (photos, vidéos…), l'interaction avec nos abonnés ou nos partenaires… Autant d'éléments qui nous permettent d'entretenir le dynamisme de l'association et d'étendre sa visibilité. 

 

Nos prochains événements auront lieu à la rentrée, et vous serez bien entendu prévenus ici ou ici. En attendant, notre chronique hebdomadaire ne prend pas de vacances, donc à la semaine prochaine !