Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

“Un même esprit perdure : collectif, professionnel, créatif, humain”, Géraldine Alibeu

La rédaction - 18.04.2017

Tribune - Géraldine Alibeu - littérature jeunesse - collectif auteurs travail


En partenariat avec la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, ActuaLitté propose de retrouver une tribune signée par l’un des membres. Des textes originellement parus dans Les Histoires Sans Fin, et qui trouvent un écho toujours aussi prégnant aujourd’hui. 
 

 

Depuis 2013, la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et le Motif (Observatoire du livre en Île-de-France), avec le soutien de la Sofia, de la Copie privée, et du ministère de la Culture, permet chaque année à une douzaine de jeunes illustrateurs de participer à la Foire du livre pour enfants de Bologne, premier salon professionnel mondial de l’édition jeunesse. L’objectif est de les aider à développer leur réseau à l’international, et plus largement de les former à présenter leur travail et à initier des contrats.
 

Des parrains, auteurs et illustrateurs jeunesse, chartistes confirmés, ont pour mission d’aider les sélectionné(e)s à préparer leurs rendez-vous professionnels et de les guider pendant la foire. En amont du voyage, deux journées de formation au contact de directeurs artistiques sont organisées, et un travail continu se déroule avec les parrains.

 

En 2015, les régions PACA et Rhône-Alpes ont souhaité se joindre au projet, puis en 2016 la région Aquitaine. Et en 2016, grâce au soutien du CFC (Centre français d’exploitation du droit de copie), nous avons pu accepter des candidatures de toute la France.

La quatrième édition du voyage est en cours, et ce sont à présent depuis la première année 57 auteurs-illustrateurs jeunesse qui sont concernés par l’expérience : ils sont tous présentés dans un catalogue réalisé par la Charte et inauguré à l’occasion de Livre Paris.

 

L’Institut français, enfin, vient de rejoindre le dispositif, et se propose de promouvoir auprès des Alliances françaises du monde entier cette fine fleur de l’illustration jeunesse française, au travers d’expositions numériques et de dossiers de presse constitués par la Charte. Autant de possibilités pour les auteurs d’être bientôt invités aux quatre coins de la planète...

 

Le voyage à Bologne, c’est un peu le voyage en Italie des peintres du XVIIe siècle, mais à la sauce illustration du XXIe : une étape qu’on aimerait incontournable, un moment fondateur, la rencontre avec son métier et ses pairs. C’est un moment de formation et d’observation, pendant lequel on engrange les ressources qui nous permettront d’avancer les mois et les années suivantes, un instant où l’on peut aussi laisser germer des rêves et des amitiés.

 

C’est du moins comme ça que nous avons imaginé cette aventure, en 2012, lorsque Catherine Sas, du MOTif, est venue nous trouver à la Charte, avec l’idée de développer un nouveau dispositif international qui pourrait aider les auteurs jeunesse. La Foire du livre pour enfants de Bologne vient immédiatement à l’esprit si l’on cherche un événement qui réunit à peu près tous les éditeurs de l’édition jeunesse du monde entier, dans un esprit à la fois professionnel (pas de grand public, donc des rencontres au calme) et festif : nombre d’expositions sont proposées sur le site de la Foire ainsi que dans la ville. L’illustration est au premier plan de cet événement annuel.

 

C’est donc tout naturellement que je me suis demandée, à l’origine du projet, pourquoi la Foire de Bologne était-elle une référence, pourquoi attirait-elle tant, pourquoi y suis-je allée si souvent depuis mes études en illustration, un peu sans réfléchir et sans préparation, comme une évidence ? Mais surtout, que m’a-t-il manqué dans ces tentatives de pénétrer le monde de l’édition jeunesse internationale, et comment ce voyage pourrait-il prendre du sens dans le parcours d’un jeune illustrateur ?

 

Savoir préparer son bagage de créateur est incontestablement la première, longue, étape. Les deux jours de formation que la Charte organise, deux mois en amont de la Foire, permettent de définir des pistes pour préparer sérieusement son book et les documents destinés aux éditeurs, avec le regard de professionnels tels que le galeriste et agent d’illustrateurs Michel Lagarde, les directeurs artistiques Kamy Pakdel (Actes Sud Junior), Sophie Giraud (Hélium), Anne-Catherine Baudet (Casterman) ou encore Charlotte Mounlic (Flammarion).

Ils permettent aussi de commencer à organiser ses rendez-vous et se repérer dans les innombrables propositions et stands de la Foire, grâce aux bons conseils de l’association Les Trois Ourses. Cette première rencontre entre les lauréats, au parcours éditorial encore jeune (tous ont publié moins de 10 livres), et leurs parrains et marraines — des illustrateurs chartistes plus expérimentés, tels que Gilles Bachelet, Joëlle Jolivet, Jean-François Martin... — permet aussi de créer le groupe, de se sentir non plus seul face à son travail et aux éditeurs, mais soutenu et accompagné.

 

Les trois journées passées ensuite à Bologne agissent alors comme un accélérateur : le rythme dense des rendez-vous de la première journée éclaire les travaux des illustrateurs d’un regard neuf. Les errances plus libres, les deux jours suivants, au hasard des expositions et des stands, des rendez-vous impromptus, des discussions avec des auteurs étrangers, permettent aux illustrateurs français de mieux discerner les contours, larges, du monde auquel ils aspirent à appartenir. C’est le début de la construction d’un réseau. C’est, enfin, une expérience vécue collectivement, événement plutôt rare dans le quotidien d’un auteur. Il est aussi important de guider et préparer les candidats au voyage, que de les laisser s’épanouir et se réjouir de l’expérience. Puis, de la faire grandir, au retour en France : Bologne n’est en aucun cas une fin, mais bien un début.

 

Le voyage à Bologne continue d’infuser longtemps, et pas seulement les esprits. Les premières « promotions » du voyage continuent de se voir, de se parrainer, voire s’installent ensemble dans des ateliers collectifs. Une grande exposition a réuni en octobre 2015 la plupart des auteurs ayant participé au projet depuis le début : « Ce fameux livre ». Elle réunissait une quarantaine de créations inédites, liées à un livre patrimonial du fond de conservation de la médiathèque Françoise Sagan à Paris, qui nous a invités dans ses murs. Cette exposition a attiré 1500 visiteurs en 15 jours.
 

Le voyage à Bologne ne cesse donc de se transformer, pour prendre aujourd’hui une envergure réellement internationale. Aucune année ne ressemble tout à fait à la précédente, mais un même esprit perdure : collectif, professionnel, créatif, humain.

 

 

Géraldine Alibeu,

illustratrice, chargée de mission du « voyage à Bologne », pour la Charte.

Mars 2016
 

Retrouver les Tribunes des auteurs de la Charte