ActuaLitté, en toute intimité : une touche de folie, et que la magie opère

La rédaction - 03.05.2015

Zone 51 - Chez Wam - rédaction actualitté - refonte site internet - préparatifs travaux


C'est dimanche, et les oiseaux, ceux qui n'ont pas pris une grosse douche, chantent à tue-tête. L'équipe a rangé pelles et pioches, ainsi que les CSS et autres considérations HTMLiques, et profite d'un repos domincal amplement mérité. C'est que sous peu, nous n'aurons plus rien à envier – déjà que, bon... – à Kate Middleton, puisque ActuaLitté aura son Royal Baby. Et en attendant, nous vous proposons de découvrir l'avancée des travaux.

 

 

A mesure que le temps passe, cette rubrique est devenue essentielle : si elle nous permet d'assurer un sympathique lobbying hebdomadaire pour nos petites activités, c'est aussi un moyen de parler, en toute transparence, des difficultés que nous rencontrons. Rien de bien machiavélique là-dedans.

 

 

 

Repenser un site nous a tous exposés, chacun apporte ses réflexions, met tout son coeur, pur, à l'ouvrage. Avec, à chaque pas, l'impression d'avoir accompli quelque chose de totalement miraculeux. 

 

 

 

Parfois même, d'avoir convoqué des forces créatives qui vous donnent le frisson...

 

 

 

Le truc, c'est que pour parvenir à ces états de grâce, il faut de l'aide. Et de préférence, des stupéfiants. Puissants, et pas toujours issus des canaux d'approvisionnement les plus traditionnels...

 

 

 

Mais la drogue, çay mal ! Et les mauvais produits peuvent mener à des phases de dépression sinistre, plutôt que d'alimenter et de stimuler la matière grise. Auquel cas, on se demande toujours si l'on finira par revoir le soleil un jour. 

 

 

 

Mais quand l'idée est bonne, c'est L'EXCITATION LA PLUS TOTALE. ON N'ARRIVE PLUS À SE CONTRÔLER, ON EST COMME TOUT FOU, ET C'EST L'IMMENSE BONHEUR 

 

 

 

Après tant d'investissements personnels, de la part des amis, et de la famille qui vous supporte, on est tellement gonflé à bloc, qu'évidemment, personne ne pourra nous arrêter. Surtout parce que l'on s'attend à un véritablement débordement, une euphorie totale. 

 

 

 

Mais ce qui compte, et qui restera, par dessus tout, c'est le sentiment d'avoir oeuvré ensemble, d'avoir bien bossé. Quelque chose de fraternel, qui dépasse tout : avoir oeuvré à quelque chose qui nous a tous dépassés, plus grand que chacun réuni. Vers l'infini et au-delà, et toutes ces sortes de choses...