Afghanistan : un livre coûte 150.000 £ au ministère de la Défense

Clément Solym - 04.03.2011

Zone 51 - Insolite - afghanistan - livre - ministere


Certaines boulettes administratives coûtent plus cher que d'autres. Celle que va réparer le ministère de la Défense anglais se chiffre à 150.000 £, ce qui reste passablement raisonnable. Si, si. Même si elle fait quelques remous...

Il était une fois, l'histoire d'un ouvrage portant sur les opérations britanniques en Afghanistan avait reçu la validation du ministère de la Défense, vraisemblablement parce qu'il avait été mal ou pas lu. Quercus, son éditeur réalise un tirage de 24.000 exemplaires, au terme de quatre mois de passage au crible du livre, et voilà que, peu de jours avant la commercialisation, branle-bas de combat. Impossible de laisser le livre sortir : trop dangereux.

Bilan des courses, le ministère se fend d'un chèque de 151.450 £ pour racheter l'intégralité du stock, qui va partir directement au recyclage.

Pour Liam Fox, secrétaire d'État à la Défense, la pilule est dure à avaler. Dead Men Risen: The Welsh Guards and the Real Story of Britain’s War in Afghanistan, écrit par Toby Harnden, contenait des dizaines de passages à faire modifier, avant d'en envisager la parution, mais aucune d'entre elles n'avait été réalisée.

Ce sont les plus hautes instances du ministère qui ont plongé les mains dans le cambouis, pour arriver à mettre un terme aux douze jours de négociations avec l'éditeur. Plusieurs modifications mineures seront apportées, en plus des 500 premières, et la parution est simplement différée au 17 mars.

Harnden compte parmi les soldats d'Écosse envoyés en Afghanistan, et il raconte dans son bouquin toutes les joyeusetés qu'il a pu découvrir durant son séjour là-bas. Sauf que le livre fait état de plusieurs petits couacs, qui ont entraîné la mort du lieutenant-colonel Rupert Thorneloe, ainsi que du commandant de bataillon. Les deux hommes dénonçaient régulièrement un manque d'effectif, ainsi que des carences en hélicoptères pour parcourir la région. Thorneloe avait notamment signifié son opposition au plan Panther Claw, en raison de l'inutile exposition de ses hommes au cours d'un affrontement qui serait une catastrophe.

Le Ministère a décidé dans un communiqué de racheter la totalité du stock pour que l'on oublie ces petits incidents, ou du moins que le livre dans une version gênante ne paraisse pas... (Via The Telegraph)