Agatha Christie atteinte d'Alzheimer, ses livres avouent

Clément Solym - 06.04.2009

Zone 51 - Insolite - agatha - christie - alzheimer


Une analyse détaillée réalisée par l'université de Toronto s'est penchée sur des romans écrits entre 28 et 82 ans, avec pour but de détailler les termes et d'analyser syntaxiquement les phrases. Un premier constat s'est imposé : le vocabulaire a très largement perdu en richesse, et aurait diminué de 15 à 30 % dans les derniers romans. En outre, les déterminants (certain) ou pronoms indéfinis (quelqu'un) se sont multipliés de manière significative.

Le Dr Ian Lancashire et le Dr Graeme Hirst s'interrogent : à quoi équivalent ces absences ? « Ces effets sur la langue sont reconnus comme des symptômes de troubles de la mémoire associés à la maladie d'Alzheimer », concluent-ils. Car ils n'ont pas remarqué qu'une baisse progressive, mais bien une chute brutale dans son livre Les éléphants n'oublient jamais, joyeuse ironie, qui présente une diminution marquée de 30 % du vocabulaire.

En outre, des indices dans le texte même monterait que Christie se tenait sur la défensive concernant ses capacités intellectuelles : justement dans cet ouvrage, le personnage est incapable de découvrir par lui-même les noeuds de l'intrigue et fait alors appel à Hercule Poirot pour résoudre l'affaire. « Cela révèle un auteur qui répond à quelque chose qu'il perçoit, mais contre lequel il ne peut rien. C'est presque comme si le crime n'est plus un double meurtre suicide, mais qu'il est lié à la démence. »

Aucun diagnostic n'a cependant confirmé cette thèse, mais selon les deux hommes, les symptômes constatés n'ont rien à voir avec un mode de vieillissement normal. En outre, leur étude avait également pour intention de montrer que l'on peut disposer de nouveaux outils de détection de la maladie, bien évidemment à affiner encore, pour la détecter au plus tôt. Un combat que mène l'auteur Terry Pratchett, atteint par la maladie et qui se prête aux expériences les plus diverses pour apporter sa pierre à l'édifice.

Leur prochain patient pourrait être H.G. Wells, qui a été un auteur prolixe, mais dont on n'a jamais pourtant soupçonné un tel mal.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.