Amazon refuse la censure du livre Wikileaks (ou pas)

Clément Solym - 10.12.2010

Zone 51 - Insolite - wikileaks - pirates - amazon


Les 5000 premiers câbles que diffusa Wikileaks, vendus sur Amazon, font du bruit. Non seulement en raison des liens brisés entre le site et le marchand, mais surtout pour ce que ce dernier fait de l'argent avec un tel livre - vendu uniquement pour le Kindle.

D'un côté, les Hacktivistes, qui mènent la vie dure aux sociétés ayant fait faux bond à Wikileaks, de l'autre, les soucis juridiques du fondateur, Julien Assange et en face, un marchand qui fait fortune avec un livre... Parce que le Kindle ebook se vend particulièrement bien : nº 1 des ventes au Japon, nº 2 dans la section politique contemporaine et nº 3 dans le domaine non-fiction, cet ebook est un vrai succès.


Or, si les utilisateurs sont ravis de pouvoir se procurer ces textes, les réactions sont plutôt aigres. D'abord, il ne s'agit pas des câbles bruts de décoffrage. L'auteur, Heinz Duthel, qui les a mis en vente depuis le 29 novembre y fait une analyse poussée des informations. Cependant, le fait qu'Amazon gagne de l'argent sur ce livre depuis ce jour, alors que quelques jours plus tard, le site Wikileaks était viré comme un malpropre fait grogner. (notre actualitté)

Mais voilà, le marchand est futé : dans un communiqué, il assure que supprimer ce livre de la vente serait une forme de censure. Puis, le lendemain, alors que des boycotts d'Amazon jaillissent sur Facebook et Twitter, le marchand supprime l'ouvrage. Une politique du yoyo qui donne le tournis. Et finalement, le livre revient... Une chronologie pénible à suivre.

Une honte, de l'opportunisme !

D'ailleurs, les utilisateurs ne manquent pas de réagir vivement, estimant que la vente de ce livre est une honte - attendu que les câbles sont gratuitement accessibles par le biais du site lui-même. Un peu le même refrain que celui entendu en constatant que l'on vendait, dans ses étals, des ouvrages 'chipés' au Projet Gutenberg... (notre actualitté)

Un acte opportuniste, honteux... les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ce que les internautes considèrent comme une forme d'arrivisme purement mercantile. Surtout alors qu'Amazon n'a pas assumé l'hébergement de Wikileaks. Peut-être pourrait-on aussi remarquer que ce doit être l'auteur du texte, qui actuellement fait fortune - profitant des polémiques qui aujourd'hui font rage.

Pourtant, en consultant la page du livre sur le site américain, on remarquera que l'achat n'est pas spécialement facilité... Le bouton idoine a disparu !

Et parmi les autres livres de l'auteur, on trouve également un livre... sur Julian Assange...


Retrait, remise en vente, retrait, remise en vente... définitivement, la position est difficile à tenir ? Dans tous les cas, peut-être de quoi motiver l'action des Hacktivistes, le groupe de pirates dénommé Anonymous. Leur action est d'ailleurs passablement dénigrée dans les différentes analyses, puisque l'on relativise volontiers ce qui fut une guerre du net, en simple mouvement d'humeur de pirates...