Au Texas, la loi interdit de faire lire les passants

Louis Mallié - 23.06.2014

Zone 51 - Insolite - Little free library - USA - Législation


Âgé de 9 ans, Spencer Collins avait décidé de promouvoir la lecture dans son quartier à Leawood, dans le Texas. Pour cela, KMBC.com raconte qu'il s'est amusé, à l'aide de son grand-père, à construire une « Little Free Library ». Postée au bout de son jardin près d'un banc à libre disposition des passants, il y avait inscrit le slogan explicite, « take a book, leave a book »... ce qui semble avoir déplu à certains habitants.

 

 

 Spencer Collins à côté de la little free library

 

 

L'initiative a été de courte durée : « Lorsque nous sommes revenus de vacances, nous avions reçu une lettre de la municipalité nous expliquant qu'il s'agissait là d'une violation de la loi, et que nous devions retirer l'installation avant le 19. Faute de quoi, nous recevrions une amende », a expliqué la mère de l'enfant, Sarah Collins. En effet, d'après la législation, « aucune structure, y compris garage, hangar, serre, piscine hors sol, ou dépendance » ne serait autorisée sur la pelouse d'une maison, si elle n'y est pas reliée.

 

« Nous compatissons, mais nous nous devons de suivre la loi », a déclaré Richard Coleman, de la municipalité. « Tout le monde doit être traité de la même façon. Aussi, ne pouvons nous pas ignorer la plainte en disant que l'initiative nous plaît. » En effet, l'employé précise que deux plaintes auraient été déposées contre la Little Free Library du jeune Spencer Collins.

 

« J'aimerais leur faire comprendre combien il est bon pour la communauté de lire », déclare l'enfant, avant d'ajouter : « Pourquoi ne pas acheter une corde afin de l'attacher à notre maison ? », espérant ainsi contourner la législation. Pour l'heure, la petite installation est retournée au garage, mais alors qu'Obama promeut la création et l'initiative personnelle, cette interdiction a tout d'un paradoxe...

 

Quoi qu'il en soit,  une page Facebook a été créée avec pour objectif « d'amender les codes de la municipalité afin d'autoriser les Little Free Libraries ». La ville n'a pas encore réagi, mais les internautes, eux, n'ont pas manqué l'occasion : la page compte déjà presque 9000 « j'aime ».