Les artistes plus tournés vers le cannabis ?

Nicolas Gary - 07.06.2015

Zone 51 - Insolite - Cannabis drogues - consommation France - étude Europe


On ne le répétera jamais assez : fumer tue, grande évidence, mais ne pas fumer ne rend pas immortel. Or selon une nouvelle étude, les Français seraient les plus grands consommateurs de cannabis, divertissement cher à Baudelaire. L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies a diffusé son rapport 2015 sur les drogues, et voici les conclusions, à faire tourner, évidemment.

 

Cannabis Sativa

Silence, on pousse...

Miran Rijavec, CC BY 2.0

 

Dimitris Avramopoulos, commissaire européen explique que l’Europe est confrontée à « une évolution rapide, un marché mondialisé de la drogue, et par conséquent, nous devons être unis, efficaces et déterminés dans notre réponse contre la menace des drogues. En particulier, je crains qu’Internet ne devienne une source d’approvisionnement de plus en plus, pour les substances psychoactives contrôlées et non contrôlées ». 

 

Plus de 80 millions de personnes, soit un quart de la population a consommé des drogues, et si le cannabis reste le plus prisé, en France, Bulgarie et dans les pays nordiques, il est en forte hausse. A contrario, l’héroïne diminue. Statistiquement, on peut donc en déduire que les créateurs optent plus pour la marijuana, donc...

 

De quoi se remémorer cette étude du Dr Smith, qui en 2010 rappelait que la consommation de drogues aurait plutôt pour conséquence d’étouffer la créativité chez les artistes. 

 

« L'idée que les drogues, et l'alcool donnent aux artistes un aperçu unique et des expériences puissantes est une illusion. Quand vous essayez de saisir ces expériences, vous débouchez sur un non-sens. Ces drogues estompent votre mémoire, et il est particulièrement difficile de se rappeler dans cet état d'esprit, ce que vous avez vécu », précisait l’aimable docteur.


Pour approfondir

Editeur : Le Castor astral
Genre : cannabis
Total pages : 160
Traducteur :
ISBN : 9782859208165

Petite encyclopédie du cannabis

de Nicolas Millet

C'EST UNE EVIDENCE, mais cela va mieux en le disant : ce livre n'a en aucun cas pour but de faire l'apologie du cannabis. Il a seulement la modeste prétention de réunir en un même volume tout ce que cette plante réunit de faits culturels, historiques et sociaux. Des miscellanées cannabiques en somme. Puisse le lecteur y trouver de quoi étancher sa curiosité. Cette plante millénaire a en effet fasciné, et fascine encore, de François Rabelais à Bernard Kouchner, de nombreux amateurs. Ce livre n'a pas pour objet de présenter le cannabis et le chanvre sous un jour favorable. Il a seulement pour ambition de parler, de façon décomplexée, d'un sujet qui occupe souvent les conversations, qui suscite des débats, qui concerne de nombreux usagers, en un mot un sujet de société. Mais parce que nous sommes quelques-uns à aimer les beaux livres, il fallait que l'objet-livre soit à la hauteur du sujet ; c'est pour cette raison que nous avons pris le parti de faire un livre élégant, à la façon des manuels de civilité du siècle dernier, et nul ne saurait voir dans l'élégance le prosélytisme... En somme, il s'agit d'un livre sur le cannabis, comme il aurait pu s'agir d'un livre sur le vin, le LSD ou le sexe. C'est un livre tentant d'envisager cette plante sous toutes ses formes, sans parti pris, sans ambages, sans fioritures. Proposer une encyclopédie, avec ce qu'il faut de sérieux et de ludique. Cependant, avant d'entrer dans le vif du sujet, il est utile de rappeler que consommer, détenir, acheter, importer, produire et vendre du cannabis est interdit par la loi. Comme l'alcool, le cannabis est une substance qui agit sur l'état d'esprit, mais ne résout aucun problème. Le mieux est donc de s'abstenir ou, si vous êtes consommateur, de fumer avec modération. Né en 1979, Nicolas Millet partage sa vie entre l'enseignement de la littérature, la presse écrite et la radio.

J'achète ce livre grand format à 14 €