Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Aurélie Filippetti aux auteurs BD : "Ça vaut pas, Hergé n'a pas signé"

Nicolas Gary - 10.06.2014

Zone 51 - Humour - Aurélie Filippetti - SNAC BD - auteurs dessinateurs scénaristes


« Les idées ne manquent pas. Après tout, c'est notre métier. » C'est ainsi que les auteurs de BD, au travers de leur syndicat, ont interpellé la ministre de la Culture. Leur lettre ouverte commençait pourtant mal : « Le temps est-il venu de nous dire adieu ? », s'interrogeait le SNAC, alors que la situation des créateurs va de précarisation en précarisation.

 

La lettre ouverte ne manque pas de poigne - logique, pour des hommes et femmes qui travaillent textes et bulles à la force du poignet. C'est que leur situation sociale, autant qu'économique, va connaître un véritable chambardement. « Alors qu'il semblait impossible d'aggraver davantage la situation, le RAAP vient de nous annoncer abruptement, par simple courrier et sans consultation d'aucune sorte, qu'à compter de janvier 2016 nous allions devoir cotiser à hauteur de 8 % de nos revenus pour financer notre retraite complémentaire obligatoire. »

 

Trop, c'était trop : le SNAC a donc sorti sa plus belle palette graphique, et ses gouaches pour écrire à la ministre un courrier, signé par près de 750 créateurs de la BD, pour rappeler quelques évidences : « Nous vous rappelons, Madame la Ministre que le revenu de la moitié des auteurs de BD se situe (hélas) bien en dessous du SMIC. Il est urgent que cette réalité soit prise en compte, avant de réformer quoi que ce soit. »

 

La lettre a été reçue Rue de Valois, et la réaction captée par James O