Bartleby préférerait ne pas vous dire : Despentes à Houellebecq

Clément Solym - 09.11.2010

Zone 51 - Bartelby - despentes - houellebecq - connard


C'est toujours un peu la guerre entre les auteurs. La « tendre guerre », comme chantait Brel. Eh oui, la tendre guerre, surtout quand des prix sont en jeu, n'est-ce pas ? Hier encore, deux des pointures de cette rentrée étaient en lice pour un des prestigieux prix de cette rentrée littéraire.

Le Goncourt.

Mais ce que l'on sait moins, évidemment, c'est qu'entre Viriginie Despentes et Michel Houellebecq, c'est une tendre guerre qui se menait. Enfin, tendre...

On murmure dans les milieux autorisés à murmurer que les deux se sont retrouvés face à face. La combattante pour un certain féminisme et la tortue triste, mais comme il le dit si bien lui-même, peut-on imaginer une tortue autrement que triste ?

Le dialogue qui s'en est suivi n'est pas franchement triste, en revanche. Nous le rapportons tel qu'il nous est parvenu, entre deux murmures, justement...

Michel Houellebecq : Je te déteste, mais, je ne sais plus pourquoi...

Viriginie Despentes :
Parce que t'es un connard...

Michel Houellebecq : Oui, mais il n'y a pas que ça...


C'est Lio qui avait raison, peut-être : fallait pas commencer...