Bartleby préférerait ne pas vous dire : Lettres et fellations

Clément Solym - 31.03.2011

Zone 51 - Bartelby - fellation - inflation - lettres


Il est né le divin enfant, Jouez hautbois, résonnez musettes Il est né le divin enfant Chantons tous son avènement !

Gloria Deo in excelsis, la manifestation littéraire de la capitale, Paris en toutes lettres a été hier lancé à l'Hôtel de Ville. L'occasion de lire, de relire et de découvrir, évidemment. Ah, ça, oui, tout sera bel et bon, on s'en pourlèche les babines d'avance !


Le chanteur Stromae profitera d'une carte blanche pour associer musique et littérature...

Le traditionnel Bal littéraire sera renouvellé...

Toutes les rues de Paris redeviennent littéraires avec la cartographie de la Ville, réalisée pour l'occasion...

Les éditions Stokc elles-mêmes prendront part à la manifestation. Quand on a une collection qui se nomme la Cosmo, quoi de plus normal que de publier un titre Paris en cosmopolite !

Présentée par l'organisateur, le maire de Paris et l'adjoint à la Culture, la manifestation démarrera sa 3e édition du 5 au 8 mai, pour trois journées de livres, partout dans les rues.

Mais l'adjoint à la Culture, Christrophe Girard, s'est montré facétieux... Outre qu'il a posé toutes les questions possiblement désagréables - le coût de la manifestation, 600.000 €, dont 100.000 € de communication - la question du Mexique... il s'est aussi plié à l'exercice politique périlleux du lapsus.

Eh oui, depuis la fellation de Rachida Dati, ou encore celles de BHL aux dictateurs, l'adjoint y est facétieusement allé de la sienne.

Ainsi, dans sa bouche, la manifestation Paris en toutes lettres est devenue Paris en toutes... lèvres.

Un lapsus qui valait bien une inflation, non ?