#BDBL : Valmont et Merteuil, “ils z’ont rien à branler de leurs journées”

Nicolas Gary - 13.02.2016

Zone 51 - Insolite - Liaisons dangereuses - Cholderos de Laclos - Boloss belles lettres


L’habitude est prise, les Boloss des Belles lettres et l’acteur Jean Rochefort revisitent le monde littéraire de fond en comble, pour dépoussiérer tout ce beau monde. Un nouvel exercice pour un comédien qui a déjà démontré son savoir-faire. Et comme nous avions raté le précédent, on fait coup double, et voici deux démonstrations bolossiennes pour le prix d’une.

 

Les Liaisons dangereuses

Decar66, CC BY 2.0

 

 

Pastille hebdomadaire, depuis le 21 janvier, sur France 5, elle s’en prenait aux amants de Vérone la semaine passée : Roméo et Juliette. « Gros zbeul dans le ter-ter, y a les Montaigu et les Capulet, les deux mi-fa de Verone, qui se tapent les pecs comme des Lopez sur Youtube. »

 

Et attention les yeux : le jeune homme « qui matche à 200 sur Tinder avec une collégienne bien fraîche » et sa douce, « collégienne bien fraîche au parfum d’Orient », qui « fait un salto arrière platonique » depuis le balcon. « Une auréole de lumière féconde » l’a illuminée quand Roméo est venu « la poker ».

 

« Bim bam boum. C’est la guerre des boutons qui fout la pression, c’est l’amour du risque et coussin péteur dans ta tragédie classique, c’est Roméo & Juliette. »

 

 

 

Et cette semaine, c’est le grand retour, cette fois avec les Liaisons dangereuses, et une synthèse de l’œuvre que Cholderos de Laclos n’aurait certainement pas réprouvée. Valmont et Merteuil « ils z’ont rien à branler de leurs journées. Alors, ils s’envoient des sextos pépères pour dire j’ai déglinguée la Huguette ». 

 

« Merteuil, comme c’est une zouz, elle peut pas trop s’épancher sur son panthéon tantrique ; du coup elle lance un p’tit challenge à Valmont : "tu vas séduire Cécile de Volange, cette pure pucelle aux seins d’albâtre". Alors Valmont il dit "challenge accepted". Il s’envole en hélicobite par la fenêtre ! »

 

Cette fois encore, âmes puristes trop sensibles s’abstenir : 

 


Les boloss des belles lettres