Beyoncé, tout un poème...

Cécile Mazin - 02.09.2014

Zone 51 - Insolite - Beyoncé chanteuse - poèmes remixer - interview fashion


Beyoncé, poètesse ? C'est pour les beaux yeux – what else ? – de la chanteuse que Forrest Gander, prix Pulitzer, a travaillé à un texte, reprenant des morceaux d'interviews accordées par la diva, pour en faire un texte. Bey The Light serait donc quelque chose entre le cadavre exquis et le collage littéraire. « Je suis très intéressé par l'exploration des formes, et l'utilisation de la voix des autres », assure l'écrivain.

 

 

 

Le texte n'est, à proprement parler, pas une perle poétique, mais en trois strophes, il exprime une certaine vision de la chanteuse, « certainement le meilleur... clairement ce que Beyoncé voulait vraiment écrire », estime Grander. Le texte a été publié dans le numéro de CR Fashion Book, et évoque, on le voit, la maternité et le lien intergénérationnel avec sa fille Blue Ivy.

 

L'aide du prix Pulitzer dans cette réécriture a permis de contourner le traditionnel exercice de l'interview, pour donner un texte original à lire – et en même temps, le meilleur moyen de ne pas se mouiller. Les lignes se suivent, peuvent sembler même un peu décousues, probablement parce que les mots lui ont appartenu, mais qu'ils ont été revisités pour donner une version remixée des pensées de la star. 

 

 

Beyonce - Yoncé from Ricky Saiz on Vimeo.

 

 

Un moyen, pour l'écrivain, de donner une dimension nouvelle, et peut-être, dans une certaine obscurité, un peu plus de lumière ? (via Slate)

 

Et voici ce que donne son expérimentation : 

 

“Bey the Light”

Words Beyoncé

Remixed by Forrest Gander

 

It's my daughter, she's my biggest muse.
There's someone, we all find out soon,
more important than ourselves to lose.

I feel a deep bond with young children –
all those photos in my dressing room –
especially those who've been stricken,

Children I've met across the years –
they uplift me like pieces of moon,
and guide me, whispering in my ear

I'm turned to spirits, the emotions of others.
And I feel her presence all the time
though I never met my grandmother.

I learned at a very young age,
when I need to tap some extra strength,
to put my persona, Sasha, on stage.

Though we're different as blue and red,
I'm not afraid to draw from her
in performance, rifts, even in bed.

I saw a TV preacher when I was scared,
at four or five, about bad dreams,
who promised he'd say a prayer

If I put my hand to the TV.
That's the first time I remember prayer,
an electric current humming through me.

You call me a singer, but I'm called to transform,
to suck up the grief, anxiety, and loss
of those who hear me into my song's form.

I'm a vessel for all that isn't right,
for break-ups and lies and double-cross.
I sing into that vessel a healing light.

To let go of pain that people can't bear.
I don't do that myself, I call in the light.
I summon God to take me there.

Utopias, they don't much interest me.
I always mess things up a bit.
It's chaos, in part, that helps us see.

But for my daughter I dream a day
when no one roots for others to fail,
when we all mean what we say.