Bibliothèque : Homo Britannicus, section archéologie ou gay ?

Clément Solym - 11.04.2009

Zone 51 - Insolite - homo - britannicus - gay


Voilà le petit scandale tragi-comique du moment, qui vient avec le livre d'un universitaire anglais, le professeur Chris Stringer. Sorti en octobre 2006, il s'agit de l'histoire des Anglais et de leur vie, intitulée Homo Britannicus. Les latinistes apprécieront la référence, mais manifestement plusieurs bibliothécaires de l'université de Manchester s'y sont cassé les dents, la faute à une interprétation toute personnelle.

Largement considéré comme un document faisant autorité dans son domaine, cette encyclopédie de l'histoire humaine a en effet enduit d'erreur - hem... - plusieurs bibliothécaires, qui au vu de son titre ont préféré le classer dans la section gay et lesbienne de leur établissement. Il est vrai que l'on aurait pu s'y méprendre, mais enfin...

Des étudiants en archéologie ont ainsi retrouvé le livre tant convoité à une place où ils ne l'attendaient pas vraiment. Amusé, le professeur tente de trouver des excuses aux fautifs, expliquant que si l'on google le titre, plusieurs références à des livres traitant du sujet gay apparaissent. Notre propre recherche ne nous a pas amenés à pareille conclusion.

« C'est très comique et je suppose qu'il y a des chances qu'un étudiant gay n'ayant aucune affinité avec l'archéologie puisse l'emprunter et se convertir au sujet », plaisante-t-il. Car le livre traite plutôt de l'apparition de l'homme voilà 700.000 ans et remonte son exploration jusqu'en 200.000 av. J.-C..

Placé parmi des livres bien différents, y compris des études psychanalytiques sur la construction de l'identité homosexuelle, le livre a peu après retrouvé la place plus adaptée à son propos.

L'éditeur du magazine British Archaeology, Mike Pitts en rajoute : « Certains des restes humains les plus récents n'ont pas encore été sexuellement identifiés. C'est très déroutant, mais je pense que Manchester sera très embarrassé. » Justement, du côté de l'université, on précise que tout cela n'est qu'une erreur humaine.