Cantatrice hors pair, la Castafiore de Tintin aurait-elle existé ?

Louis Mallié - 29.07.2014

Zone 51 - Insolite - Tintin - Castafiore - Florence Foster Jenkins


Si le nom de la riche Américaine Florence Foster Jenkins est probablement méconnu, celui de Bianca Castafiore vous l'est sûrement moins. La seconde fameuse pour des performances que goûtait peu le Capitaine Haddock - particulièrement l'interprétation de l'air des Bijoux dans le Faust de Gounod. Apparu pour la première fois dans le Sceptre d'Ottokar en 1939, le personnage pourrait bien avoir été inspiré par l'excentrique américaine Florence Foster Jenkins, restée dans l'histoire de la musique pour sa voix… catastrophique.

 

 

Florence Foster Jenkins, Domaine Public

 

 

C'est dans l'ouvrage Mais où est passé le crâne de Mozart paru en 2007 que le journaliste Bruno Costemalle émet l'hypothèse que Florence Foster Jenkins aurait servi de modèle pour Bianca Castafiore - littéralement, « blanche chaste fleur » en italien. Née en 1869 en Pennsylvanie, elle se passionne tôt pour la musique. C'est à la mort de son père en 1909 qu'elle hérite d'une petite fortune, lui permettant alors de se lancer dans une carrière de cantatrice déconseillée par son entourage…

 

Dès 1912 elle donne des récitals qui la rendent alors célèbre, moins pour son talent que pour sa médiocrité. Incapable de tenir une note, suivre le tempo, et chanter juste, elle gagne rapidement l'affection d'un public hilare. Se moque-t-on d'elle ? Il s'agit de « jalousie professionnelle » : c'est que la « cantatrice », se comparant aux grandes interprètes de l'époque telles Luisa Tetrazzini et Frieda Hempel est absolument convaincue de sa virtuosité.

 

 

317x.com

 

Ses concerts se composent des arias de Mozart, Verdi et Johann Strauss, ainsi que des lieder de Brahms, et des « Clavelitos » de Valverde - autant de pièces souvent considérées comme virtuoses. Outre sa voix, le ridicule de ses costumes la distingue - et accroît la notoriété de son personnage fantaisiste. Après un accident de taxi en 1943, elle dit pouvoir « chanter un fa plus haut qu'autrefois » et envoie une caisse de cigare au conducteur.

 

Toujours enrichie par ses héritages - et ses concerts (!), elle réduit néanmoins le nombre de ses performances, et meurt en 1944 à l'âge de 76 ans. Persuadée d'avoir été une soprano hors pair, elle avait réalisé un mois auparavant son ultime concert au Carnegie Hall de New York, une des plus prestigieuses salles de concert de classique du monde... Plusieurs semaines avant le concert, la salle affichait déjà complet.

 

Tintin, Milou et Haddock à un récital de la Castafiore

dans  Les sept boules de Cristal

 

Certains n'ont pas manqué de prendre en considération le fait qu'Hergé n'avait laissé aucune trace, ni indice de cette parenté qui n'apparaît pourtant pas illégitimement concevable. En effet, les notes dessinées tremblantes à l'occasion des performances de la Castafiore dans les Tintin indiquent un chant loin d'être juste, pour une personnalité à l'ego néanmoins surdimensionné...  Ou alors Hergé détestait-il simplement l'opéra ?

 

Quoi qu'il en soit, comme toujours en musique, il vaut mieux entendre que décrire, et nous laissons au lecteur le soin de juger sur pièce un enregistrement de Florence Foster Jenkins. Il s'agit du célèbre air de la Reine de la Nuit de Mozart, qui ne devrait pas manquer de convaincre l'auditeur de tout son talent…. Pour faire sourire.

 

 

Et pour se consoler :