medias

Cher journal, (journal de cet horrible confinement)

Auteur invité - 23.03.2020

Zone 51 - Humour - journal confinement - parodie journal confinement - bourgeoises Mad Max


NB : Ceci est une parodie de ces journaux d’insupportables autrices qui jouent les bourgeoises dans Mad Max. On les retrouve assez facilement dans les médias actuellement. À croire que c'est dans l'air du temps...
 

par Rodolphe Urbs 
Librairie La mauvaise réputation (Bordeaux)


Myriams-Fotos, CC 0
 

Jour 0


Nous nous décidons à quitter la capitale. Les enfants ont compris l’importance et le drame de cet exode. Ils rient. Nous faisons les valises en privilégiant l’essentiel : tout. Nous devons abandonner Princesse, la chatte angora. J’explique au téléphone à notre femme de ménage Mercedes qu’elle peut lui rendre visite une fois par semaine. J’ai prévu des bassines d’eau et 10 kg de croquettes dans la cuisine. Un peu de litière sur le sol de la salle de bains. Mercedes accepte et assure que ce ne sera pas grand-chose à nettoyer. Elle a raison, 40 kg de litière sur du carrelage, ce n’est pas la fin du monde. 

Le voyage se passe bien. Nous chantons, nous parlons, la benjamine vomit. On se croirait sur la route des vacances. 

 

Jour 1


Nous prenons soin de cacher la voiture dans le garage, notre plaque d’immatriculation pourrait trahir notre provenance et je n’ai pas le cœur à signer des autographes. 

 

Jour 2 


Les enfants ont vite appris les gestes essentiels à notre survie. L’ainé se mouche dans le coude de sa sœur. 

 

Jour 3 


Il faut parfois braver les interdits en situation de crise. Ayant repéré une boite à livres sur la place du village, j’ai attendu la nuit noire pour oindre mon visage de charbon et enfiler un sac poubelle noir afin de me rendre invisible pour approcher le Graal. Les livres sont essentiels à mon existence. Je cours, vide la boite et alourdis mon pas ainsi lesté pour un retour angoissant. J’ai enfin peur de la police. Je crois que je me suis fait pipi dessus. 

Je me glisse dans les draps auprès de mon aimé qui ne se doute pas une seconde de la situation dangereuse que je lui ai fait vivre. 

Au réveil, seules les traces noires sur les oreillers témoignent de mon chapardage nocturne. Je suis Fantomette !  

« Je suis sale » dira mon mari qui a moins de culture.  

 

Jour 4 


Je disperse l’extraordinaire butin accumulé dans la boite à livres : trois livres. L’île au trésor, 20 recettes à base de boudin et un énorme roman local. Je garde précieusement le livre de cuisine pour l’offrir à Mercedes. J’offre le Stevenson à mon ainé qui est tellement heureux de cette acquisition qu’il opine du chef. Je me réserve le roman local qui me permettra de me fondre plus facilement parmi les autochtones. Il est énorme. Et très bien illustré. Je me plonge dans sa lecture découvrant un nombre impressionnant de personnages pittoresques. J’en ai les larmes aux yeux. J’en parlerai à mon éditeur à mon retour sur Paris, Les pages jaunes pourrait être un succès en librairie comme il n’y en a jamais eu.

 

Jour 5 


Je signale à mon mari ainsi que sur Twitter, Facebook, et par mail auprès des journaux locaux qu’il y a dans le lotissement une plaque d’immatriculation 92. Quelle honte ! Savent-ils que nous ne sommes pas dupes ? Savent-ils que nous sachons qu’ils croivent ? 

Oui, je parle dorénavant le patois indigène, à la guerre comme à la guerre ! 

 

Jour 6 


Après avoir relu tout Proust, Du côté de chez Swann, À la recherche du temps perdu, Les misérables et Crime et châtiment  je suis en manque de distraction. Le conseil familial matinal nous place devant une autre frustration : la boite de Quality Street est vide. Il faut nous ravitailler. Nous décidons d’une sortie commune vers la supérette locale.

Nous nous munissons d’un chariot, de gants et de masques. Mon ainé se plaint de la difficulté de respirer avec le tuba. Il lui faudra s’habituer. J’ai attrapé des poissons panés avec le harpon. Première victoire sur la jungle. 


Rodolphe Urbs,
Librairie/Galerie La mauvaise réputation



Commentaires
Une prouesse. Merci de m'avoir fait rire. Cela devient difficile ces derniers temps de rire de bon coeur ! J'en redemande.
enfin un journal qui me fait rire -
winkje t'aime Rodolphe pour ta parodie qui m'a fait gentiment sourire. J'ai hâte de te lire encore afin d'oublier ces autrices pathétiques qui tiennent un journal de bord en plein confinement dans une maison d'un hectare avec une forêt en guise de jardin. Pauvres elles
Putain, excellent ! J'adore !! smile) Il est un peu plus de 6 heures du mat. J'allume un clope et je mate le ciel. Qu'est-ce qu'il va encore nous sortir...
C'est ce que j'appelle du gros trait...
Bravo ! Je voulais écrire un billet de ce genre... Vous m'avez coupé l'herbe sous le pied... Super !

Je vous engage à lire les billets originaux de tous ces bobos citadins émigrés (et écrivains ?) qui s'étalent partout... Ça montre le vrai visage de ces gens-là : d'un pathétisme affligeant.
Excellent !!
long face Quelle indulgence pour un texte - ironique ? - qui véhicule une fois de plus les stéréotypes de la vie à la campagne. Quel besoin de vous fondre parmi les autochtones s'ils sont méprisés ? Et n'y a-t-il pas de patois parisien !

La lecture serait votre seule distraction ? Alors il faut s'interroger sur une activité qui vous isole et fait peu de cas de la richesse des échanges avec vos proches ou votre entourage… Un peu plus de distanciation pour gagner en humour… mais je m'égare, ce n'est qu'un journal !
Lire les mots en gras en début de chronique semble compliqué, alors que commenter est d'une simplicité enfantine.

Par contre ça préserve du ridicule.
C'est jubilatoire, encore !
Excellent.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.