Conseil aux parents : écrivez vos contes de chevet

Clément Solym - 27.03.2008

Zone 51 - Insolite - conte - histoire - raconter


Enflammez l’imagination de vos enfants en inventant des histoires avec eux, explique un auteur. Les parents devraient écrire et imaginer des histoires avant le coucher avec leurs enfants au lieu de lire des livres ou de jouer un enregistrement d’autres adultes lisant un conte populaire, explique un auteur renommé.

Le conte, la psychanalyse et Betthleim

Encourager l’enfant à développer une intrigue est un moyen très fin de découvrir leur condition mentale. « S’ils demandent à un personnage de faire quelque chose de très violent par exemple, cela vous donne l’opportunité de savoir s’ils sont perturbés à propos de quelque chose ou s’ils emmagasinent une profonde colère », explique Ronny M Cole.

« Lire un livre est très bien, mais reste simple. Les parents peuvent faire plus que donner à leurs enfants des histoires déjà faites. Nous pouvons utiliser les histoires d’avant coucher pour rendre nos enfants plus heureux et plus productif. Créer des histoires transforme l’heure du coucher en une réelle activité parent-enfant. »

Raconter des histoires

Une histoire d’avant coucher bien racontée, créée de toutes pièces peut aider les enfants à admettre les émotions qu’ils ont ressenties durant la journée et leur rappeler les pensées les plus heureuses qu’ils ont eu, détaille-t-il. « Imaginer des histoires sera également un héritage laissé à nos enfants. » Cole qui estime à peu près à 3000 le nombre d’histoires racontées à ses enfants, avait commencé à imaginer des contes alors que ses enfants lui demandaient une histoire et qu’il n’y avait pas de livre à proximité.

La plupart des livres pour enfant ont pris vie du fait que des parents l’ont raconté à leurs enfants. Watership Down, le premier et plus populaire roman de Richard Adams, était basé sur une collection d’histoires qu’il avait raconté à ses jeunes enfants lors d’un voyage à la campagne. Le livre, qui fut rejeté par 13 éditeurs, est le roman le plus vendu à ce jour des éditions Penguin et fut adapté en dessin animé et séries télévisées.

La sanction de l'histoire avant le dodo

L’année dernière, Ed Balls, Secrétaire d'État à l’enfance répondait que seul un enfant sur 10 en Grande-Bretagne avait le droit à une histoire avant d’aller dormir alors que 10 min de lecture pour chaque enfant s’avèrent aussi importantes qu’une bonne alimentation et une hygiène de vie saine. Mettant en avant des statistiques, il affirme que le niveau de lecture des enfants anglais avait chuté en comparaison avec les autres pays. Il expliquait aux parents que la lecture d’avant coucher devrait être une routine autant que de « se laver les dents, ou prendre une douche. »

Cole toutefois entrevoit des bénéfices à encore plus long terme si les parents et les enfants imaginent leurs propres histoires. « Un gros avantage pour les parents de devenir créatif, c’est que cela les aidera dans leur vie professionnelle », déclare-t-il. « Plus vous travaillez votre créativité, plus vous serez créatif et ces effets s’en ressentiront dans tout ce que vous faites. De nouvelles idées vont surgir dans votre tête constamment. »

« S’assurer que son enfant est activement impliqué dans le processus de création à la fois des personnages et de l’histoire apprend la logique, la créativité et une capacité à réfléchir vite, ainsi que l’habitude de prendre des décisions. »

Ce qui reste quand on a tout oublié

Cole atteste que quelques-uns des meilleurs souvenirs qu’a sa famille proviennent de ces histoires d’avant coucher qu’ils ont partagé. « Nous avons passé des centaines d’heures ensemble, à seulement communiquer. Ce n’était pas la télé, ce n’était pas un jeu de société, et ce n’était pas les idées ou pensées de quelqu'un d’autre dans un livre », continue-t-il. « C’était réellement notre moment. Dans un monde où la pression nous submerge de tous côtés, nous nous blottissions les uns contre les autres et riions à inventer des univers où les problèmes étaient résolus par des supers héros stupides de notre imagination. Nous avons forcé notre imagination, notre capacité de réflexion et y sommes arrivés ensemble. Nous avons appris et beaucoup ri. »