medias

Décès de Jean-François Gayrard, fondateur des éditions Numériklivres

Nicolas Gary - 28.09.2018

Zone 51 - Chez Wam - Jean-François Gayrard - editions Numériklivres ebooks - décès Gayrard Numériklivres


Salope. Salope de mort imbécile. Tu viens de nous rafler un type exceptionnel – dans le bon comme le pire. Fondateur des éditions Numériklivres, Jean-François Gayrard vient de décéder. Un AVC. Merdre.


Jean-François Gayrard
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Jean-François avait ce faux air de Douglas Kennedy, tout en étant bien plus sympathique et chaleureux que l’auteur de polar. Et je dis Jean-François, ou Jef, parce que nous étions très proches.

Trop pour que le journaliste puisse prendre la distance d'une nécrologie impersonnelle et bêtement factuelle. Et parce que c'était mon pote, et que je fais ce que je veux.

 

Historiquement, Numériklivres restera comme l’une des maisons pionnières en matière de livre numérique. Et dans tous ses combats pour défendre la lecture contre la discrimination du format – papier vs numérique, « quelle connerie » disait-il, « l’important, c’est le lire » – Jef fut entier. 

 

Il tenta, au cours de ces années, d’expérimenter tout ce qu’il était possible d'imaginer. Il fut parmi les premiers à tenter de matérialiser son catalogue de livres numériques, en leur donnant corps sous la forme de cartes postales — couverture et QR Code. 

 

Il avait combattu les opérations de réductions à tout crin proposées par les maisons d’édition, qui n’étaient qu’une manière, selon lui, de dévaloriser l’offre. « Combien de ebooks gratuits ou bradés téléchargés sont-ils vraiment ouverts pour être lus? », avait-il lancé.

 

On pourra retrouver sur ces pages, toutes les interventions qu’il fit dans les colonnes de ActuaLitté. Parfois brutales, parfois contraires, même, à ses propres intérêts. Toujours inconditionnelles : défendues bec et ongles. 

 

Et pour tête de mule qu’il fut, diaboliquement entêté, Jean-François savait revenir sur ses décisions, une fois mis devant l’évidence. Le tout avec un accent légèrement québécois, témoignage de ses années passées dans la Belle Province.

 

Quand il parlait de ses livres, de ses auteurs, de ses projets — avec 15.000 idées à la minute, et pas toujours irréalisables —, il était intarissable. Enjoué, heureux, spontané et loyal. Qualité rare, d’autant plus appréciable.

Probablement précurseur, il fait partie de cette génération d’éditeurs qui aura tenté l’aventure de l’ebook, jusqu’à l’épuisement des forces, jusqu’à cette année 2015 où véritablement le marché prit une claque. 

 

Jef était un homme pour qui vivre passait avant tout par une table entre amis, une assiette qu’il se chargeait de remplir — cuisinier divin et audacieux — et puis, une, ou plusieurs bouteilles. Il était généreux et passionné. J’ai encore le souvenir d’un déjeuner, voilà cinq ans, en plein été. Débuté raisonnablement vers 13 h, il s’était conclu en fin de journée : nous avions refait le monde de sorte qu’au lendemain, plus rien ne serait comme avant. 

Tout serait, de toute évidence, mieux. Sûr et certain. Et on en a ri des heures encore.

Je t’écoutais avec attention, camarade, quand tu m’exposais tes projets, tes échecs, tes réussites, tes coups de gueule. Parce que c’était un plaisir de raconter dans mes colonnes ces prospectives qui se dessinaient pour Numériklivres. Et j’aurais préféré, cent fois, qu’une nouvelle idée fasse l’objet d’un article. Que tes réalisations parfois dingues soient au cœur. Pas annoncer que tu nous quittais. 

 

Le journaliste sait que l’édition vient de perdre une personnalité rare, un type fulgurant, avec ses contradictions et ses convictions.

L’ami se dit que, merdre, la mort imbécile vient encore de sévir. La conne.

 

Mes pensées à ses proches, sa famille, son fils. 




Commentaires

Merdre!



Et je me rends compte que je ne l'ai jamais rencontré.

Un éditeur dont l'enthousiasme boostait méchamment.

Entier oui. Mais pas borné.

Une voix qui disait le mec sympa.

Un éditeur, passionné, un vrai.
J'ai connu Jean François, lorsqu'il était rédacteur à Chalon, s'occupant de la rubrique culturelle au sein du J.S.L. Je me souviens de celui qui était "mon cadet", de sa fougue, de ses élans....Il avait quitté la ville après bien de riches expériences professionnelles. Pensées aux siens, à sa famille et à ses collègues.
Monde de merdddde !

Merci pour ces moments Jean François pour ta confiance pour tes coups de gueule ! On t oublie pas poto !



Et on va continuer de transmettre tes passions et !



Fait chiez quand même putain !
Un salut fraternel au nom de l'équipe de Québec Le Mag', magazine dont JF fut l'instigateur et le premier rédacteur en chef. On salue sa mémoire et on se souvient des belles choses. Ciao l'ami.
Je suis bouleversée. J ai appris seulement aujourd'hui la triste nouvelle. Un homme passionné par son travail toujours en effervescence et bouillonnant d idées géniales...Mes sincères condoléances à Yohan son fils à Daniel Christine son frère sa belle soeur ses neveux et nièce et sa proche famille. Cet article est un très bel hommage bravo.

Reposes en Paix Jean-François
Je viens (seulement) d'apprendre la triste nouvelle. Je n'ai, comme d'autres, jamais eu la chance de te rencontrer, nous avons échangé par téléphone et ton enthousiasme et ta passion "du lire" m'ont boosté. J'ai eu plaisir à collaborer avec toi. Mes pensées à sa famille et ses amis.
Quelle tristesse lorsque j'ai découvert la disparition de Jean-François. Nous avons été les meilleurs amis du monde entre nos 10 et 20 ans… à Vendargues dans l'Hérault. On s'est recroisés à Dijon, il y a longtemps, puis nous nous sommes perdus de vue. J'ai trop tardé à reprendre contact… et voilà.

Quelle "merdre" effectivement… toutes mes pensées vont vers son fils, sa famille et ses ami(e)s……
Merci pour ce bel article qui rend hommage, avec une justesse quasi tangible, à l'homme passionné qu'il etait.
Sa passion en partage, sa passion en héritage...
Merci Nicolas, bel hommage.

Jean-François, tu vas nous manquer.

Nous ne t'oublierons pas.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.