Des chèvres sauvent les bibliothèques lors d'incendies

Nicolas Gary - 04.11.2019

Zone 51 - Insolite - bibliothèque incendie - broussaille herbes - chevres bibliotheques


Depuis des années, les étudiants de l’université de Villetaneuse (Seine–Saint-Denis) sont habitués à voir des brebis brouter l’herbe du campus. De quoi réintroduire un peu de nature dans les villes. En Californie, les chèvres, elles, sauvent carrément des bibliothèques présidentielles. Rien de moins…


super guerrière anti-feu - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


En mai dernier, la Ronald Reagan Presidential Library (située en Californie) avait recruté un troupeau de 500 chèvres, pour nettoyer les broussailles qui poussent dru autour de l’établissement. Mais plus encore, cette mauvaise herbe a tendance à sécher, et favorise par conséquent les départs de feux. Hautement inflammable, la broussaille doit donc être tondue… ou mangée.

C’est ainsi qu’une troupe de caprins s’est retrouvée dans les environs de l’établissement, pour servir de coupe-feu. De quoi donner aux pompiers un peu plus de temps pour réagir, attendu que les herbes sèches ont été dévorées. 

Voilà quelques jours, plusieurs feux se sont déclenchés, dont le Easy Fire, dernier des incendies en date : ces incidents provoquent des évacuations d’urgence de la population, et entraînent des coupures de courant dans tous l’État.

Vincent van Goat (cela ne s’invente pas), Selena Goatmez et Goatzart (on saisit bien la thématique…) sont des entrepreneurs caprins : comprendre, ils aident, de par leur recours à des chèvres, à diminuer les risques de propagation d’incendie. « Un des pompiers nous a dit qu’il pensait que ce type de coupe-feu faciliterait leur travail », indique Melissa Giller, porte-parole de la bibliothèque, auprès de Reuters. Aussi l’établissement a-t-il fait appel à ces aventuriers modernes.

Les chèvres furent embauchées auprès de cette entreprise locale — 805 bêtes pour défricher 13 acres de terrain. L’entreprise de Scott Morris facture 1000 $ par acre, mais selon lui, le travail des chèvres nécessiterait de doubler le nombre de têtes, pour arriver à faire face à la demande.

Et si les choses tournent mal ? Eh bien les animaux sont relâchés en pleine nature, avec dans l’idée qu’ils sauront se sortir des flammes par eux-mêmes, et pourront être récupérés plus tard. 

via BBC


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.