Des livres aux messages cachés éclipsent un discours de Boris Johnson

Clément Solym - 27.08.2020

Zone 51 - Insolite - Boris Jonhson livres - sélection livres message - liberté censure trahison


Ce 26 juillet, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, s’est adressé à un groupe d’élèves. Une allocution significative, alors que ces derniers reprennent le chemin de l’école après la pandémie de coronavirus. Installé dans la bibliothèque d’une école des Midlands de l’Est, Johnson y est donc allé de son petit mot. Dans un décor de livres qui a fini par prendre plus d’importance que ses propos.



 

Les nouvelles restrictions imposées pour stopper la propagation du virus, comment atténuer les craintes des élèves dans leur retour en classe : le discours de Johnson ne marquera pas l’histoire, malgré de belles sorties de route. 

Cette séquence, notamment, où le Premier ministre en vient à se demander si Harry Potter est sexiste — spoiler : non, selon lui — vaut tout de même son pesant de cacahuètes.

Mais les spectateurs ont rapidement détourné les oreilles pour se focaliser sur le décor, et plus spécifiquement les étagères, et les livres qu’elles contenaient. Comme une mise en abyme opérée au détriment du politicien. Parce que retrouver Fahrenheit 451, ouvrage symbolisant la censure et le despotisme, dans le dos du Premier ministre, ça ne manque pas de signification.

Message caché ? On peine à croire que ce n’est pas le cas. Que penser en effet du roman de Philipp Pulman The Subtle Knife (La Tour des anges en français, trad. Jean Esch, Gallimard jeunesse), univers d’où les adultes ont disparu : des créatures vous dérobent votre âme dès que la puberté vient…

Et The Twits, l’ouvrage de Roald Dahl (Les deux gredins, trad. Marie-Raymond Farré, Gallimard), où l’on retrouve un couple de malfrats particulièrement désagréables ? La palme ira peut-être à Betrayed, de Kristin Cast et Phyllis Christine Cast.

Rendu en français par La maison de la nuit : trahie (trad. Julie Lopez, Pocket), c’est bien ce mot qui marque l’esprit : trahison…
 

Un faisceau de présomptions qui laissent doucement rêveur : nul doute que le bibliothécaire ou documentaliste qui s’est amusé à constituer cette sélection avait peut-être à l’esprit de sensibiliser les jeunes à des lectures nécessaires. Et que si ces dernières peuvent avoir un écho auprès du Premier ministre, c’est d’une pierre deux coups.

Personne ne s'est encore présenté pour revendiquer ce petite attentat culturel, en tout cas.


 


Commentaires
La simple coïncidence laisse rêveur.



Mais, les élèves présents étaient-ils si près des livres qu'ils pouvaient en lire les titres? Distraits ou s'ennuyant par le discours de Boris Johnson, détournèrent-ils leur attention vers les bouquins du fond ou s'hypnotisèrent-ils plutôt sur l'incroyable tignasse hirsute de leur Premier Ministre?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.