Dickens mentait : le gruau d'Oliver Twist suffisait à la croissance

Clément Solym - 19.12.2008

Zone 51 - Insolite - Oliver - twist - Dickens


Oliver Twist... Avec des Cosette et des Gervaise, voilà bien l'un des personnages de la littérature parmi les plus mal lotis. Pauvreté, faim, froid, misère, manque d'amour ; en bref, ce pauvre garçon avait tous les malheurs du monde sur son manteau rapiécé. Eh bien non, vient de déclarer une enquête évoquée par Reuters, du moins, pas celui de la faim.

Ce fameux gruau qu'Oliver passe son temps à manger et qui semble-t-il stigmatise le comble de la pauvreté et la méchanceté de cette sombre institution dans laquelle il croupit était servi trois fois par jour.

Or, des scientifiques et des diététiciens se sont penchés sur sa composition, pour constater qu'il contenait de l'avoine et des morceaux de pain. Pas vraiment un repas de fêtes, mais en tout cas, suffisamment pour aider à la croissance d'un enfant de neuf ans... comme Oliver, sauf bien sûr en cas d'activité physique régulière et intense.

Ce qui n'était pas vraiment le cas...

Ce régime alimentaire aurait en effet permis de bénéficier des éléments essentiels aux besoins alimentaires. Et l'étude de conclure que certes, le repas devait être bien triste, mais il comportait ce qu'il fallait. À l'exception des jours bien entendu, où Oliver croupissait dans un cachot...

En tout cas, selon l'étude, Oliver n'aurait pas redemandé à être servi, parce que quantitativement, il en avait assez.