Douglas Coupland joue au styliste

Clément Solym - 16.07.2010

Zone 51 - Insolite - coupland - écrivain - mode


Douglas Coupland, auteur canadien prolifique d’anticipation sociale se lance dans une reconversion textile, révèle the Guardian. Sa ligne baptisée Roots x Douglas s’ouvre avec « Canada goes electric » une collection qui dépoussière les vieux clichés du Canada.

Père de la Génération X, enfants des années 60-70, fils d’ex-hippies, baigné dans l’hyper information et les doutes existentiels, Coupland propose T-Shirts, vestes, pantalons, porte-feuilles, bijoux entre couleurs vives et logos.

Un subtil mélange d’inspiration années 60ies et 80ies. On retrouve pêle-mêle blousons et polos à la mode universitaire, influences de la guerre froide (ours et caribou), bestioles du jeu space invaders ou encore la défunte mire télévisuelle.


Autant de références explicites à la génération (née sous) X, en plus d’une éruption de logos sur la plupart des vêtements. Paradoxal quand on sait qu'il a exposé deux couvertures maculées de marques commerciales dans ce qui ressemble fortement à un appel anti-consumériste.

Le virage peut surprendre mais le Canadien a déjà pris à contrepied son public en variant les styles littéraires, en plus de son parcours artistique dans une école de sculpture. On se souvient de son tableau figé de la bibliothèque de Columbine. L'artiste avait reproduit assez fidèlement l'un des lieux du massacre de 1999.



« Je n’ai jamais vu de différences réelles entre écrire et faire de l’art ou du stylisme. C’est toujours mon cerveau. J’utilise simplement différentes parties pour différentes choses », explique-t-il sur le site de sa ligne de vêtements.

Simple jeu avec son patrimoine comme les nombreux clins d’oeil aux bijoux de la reine, à l’étable et à la police montée ? Il semblerait plutôt que Roots soit un pendant graphique à l’œuvre écrite Génération X. Entre ironie et affirmation.

Et puis, Hemingway a bien trouvé chaussures à son pied...

Le psychédélique site de la collection


Sinon, les ouvrages de Douglas sont sur Comparonet