E.L James menace de poursuivre une organisatrice de soirées à thème sexuel

Clément Solym - 12.09.2012

Zone 51 - Insolite - Fifty Shades of Grey - E.L James - Justice


Selon les dernières rumeurs en provenance du Royaume-Uni, une maman de Coventry a été menacée de poursuites judiciaires par l'écrivaine E.L James, auteure du best-seller Fifty Shades of Grey. Tina Winters, dans le collimateur, souhaite organiser des soirées afin de promouvoir ses collections de lingerie coquine, et transmettre ses conseils pour pimenter les ébats des femmes britanniques. Dans le cadre de son projet, il lui est reproché d'avoir baptisé un de ses thèmes « Shades of Winters ».

 

 

 

 

La collection, inspirée par le sado-masochisme de monsieur Grey, est très portée sur le vinyl : sous-vêtements, gants et autres combinaisons, sans oublier de quoi parer matelas et coussins de matière plastique. On y retrouve également un pack dédié aux préliminaires, comportant bandeau aveuglant, string à ouverture latérale, sangles de bondage et plume de 30cm. Soit tout un arsenal destiné à la pratique du massage tantrique et autres jeux si affinités.

 

Seulement voilà : après avoir révélé son programme dans le Telegraph Coventry, Tina Winters a reçu par courrier un avertissement de la part des avocats de E.L James. L'auteure du porno pour mamans a exigé l'annulation de ces soirées « tupperware » S&M assaisonnées aux Fifty Shades, ainsi que le retrait de toutes les références au best-seller sur le site internet.

 

L'entrepreneuse résidant à Withmore Park, âgée de 45 ans, a trouvé la menace « incroyable ». Elle a réagi : « Fifty Shades of Grey a fait le tour du monde. Tout le monde a utilisé le titre du livre pour vendre de la lingerie, de la mode et des défilés. Des marques de sex-shop et des grands magasins, ils ont tous sauté dans le train - maintenant je suis celle qui reçoit une lettre. »

 

Et en effet, les utilisations de l'univers du blockbuster à des fins commerciales sont légion. Que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs. En France par exemple : le numéro 1 des gadgets sexuels, Soft Paris, propose également des soirées sex-toys sur le thème Fiftty Shades of Grey.

 

Par ailleurs, le phénomène de mode a également envahi les chambres d'hôtel. La chaîne hôtelière britannique,Travelodge, a récemment communiqué des chiffres record. Le roman d'E.L James serait en première position des livres abandonnés. 7 000 exemplaires du premier volet de la série, ont été retrouvés dans leurs chambres depuis sa sortie au cours de l'année.