Editorial : Ma biographie en moins de 10 lignes…

Clément Solym - 17.12.2007

Zone 51 - Chez Wam - biographie - introduction - Dick


« Frédéric Sansac est né dans le Vercors en 1975. Il a habité chez ses parents durant son adolescence puis il fuit le domicile pour faire des études. Alors il s’achète une vieille machine à écrire et se met à taper des lignes. A son premier roman succèdera un second. Au cours de sa vie, il fut successivement cheminot en gare de Gournay, marchand de charbon à Venise, vendeur de sushis sur les plages de Rio et vitrier à Cracovie. Aujourd’hui, Frédéric livre son troisième roman, toujours très marqué par la révolution industrielle française. »

Ne vous empressez pas de googler ce cher Frédéric Sansac si vous êtes un historien amateur féru de l’époque susdite. Il n’existe tout simplement pas. Ou du moins, cher Frédéric, si tu venais à lire cet édito, sache que ce n’est pas de toi dont il est réellement question. Nan.

Je voulais revenir avec vous sur une de ces pages profondément imbittable, que n’importe quelle maison d’édition se croit obligée d’intégrer en guise d’avant-propos sur l’auteur. Ces quelques lignes en désapprennent plus sur la vie de l’auteur que n’importe quel professeur de français dans sa dernière ligne droite avant la retraite ne parviendra à dégoûter ses élèves du Classicisme.

Le CV en 10 lignes. Ma vie résumée à une catastrophique succession d’événements inintéressants au possible dont on ne retient qu’une impression : « Mon pauvre vieux, t’as vraiment eu une vie de merde ! »

Ça m’a particulièrement frappé en relisant quelques nouvelles de Philip K. Dick cette semaine. Dans la collection Folio SF, pour ne pas la citer. Je piochais dans divers recueils, pour démontrer à un Saint Thomas agaçant que si, le film Minority Report est tiré d’un texte de 70 pages tout au plus. Ils m’agacent ces chamallows moux du bulbe, convaincus sans avoir lu, ne sachant que par ouï-dire, et qui soutiennent des âneries détestables. Bref. Je te reconnaîtrai au moins d’avoir fourni sujet à mon édito.

En farfouillant au gré des livres, je tombais sur cette biographie stérile et systématique retraçant le parcours de Philip. Je me décide à confronter cette trouvaille à d’autres bouquins, et le constat s’imposa sans peine : c’est encore pire quand l’auteur est décédé. Non seulement, on réécrit son histoire avec une fausseté de parcours, comme si l’enchaînement de sa vie avait suivi le cours logique qui l’aurait mené là où il parvint. Mais encore, les biographes à la petite semaine que l’on contraint à cet exercice ne font pas preuve de la moindre imagination ni excentricité qui rendrait la chose un brin distrayante. Existe-t-il des nègres pour ces biographies express ?

Je lancerais volontiers un cri de détresse, une hurlement lupin venant des tripes adressé aux maisons d’édition. Je redoute que le cri se change en lame, et que cette dernière ne frappe à l’aveugle dans l’eau. Bah, au cas où l’un d’eux m’entende…
Alors voilà. De deux choses, l’une vous cessez de nous rabattre les iris avec ces lignes liminaires, passablement incongrues ; l’autre vous recrutez une personne dévouée à la tâche qui investirait une energie indispensable à un rendu potable.

Et certes, le droit du lecteur instauré par Pennac offre la liberté de tourner les pages, et d’en sauter autant à loisir. A l’occasion, je ne m’en prive pas, au risque de… Mais toujours je reviens vers cette page fatidique. « Jean-Jacques Fatras a parcouru les plages du littoral avant de… »

Un crève-cœur, je vous dis.

Pour approfondir

Editeur : Pascal
Genre : sociologie faits...
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782350191058

Le suicide ; un tabou français

La France est parmi les pays les plus touchés. Mais le phénomène sensible, complexe du suicide reste paradoxalement peu étudié de façon générale, donc mal connu, comme si la société tout entière se refusait à regarder sa réalité en face.Où en est-on aujourd'hui ? La situation semble aggravée par la frilosité - sinon l'insuffisance criante de volonté politique et de moyens adaptés - du ministère de la Santé.

J'achète ce livre grand format à 14.20 €