En 1890, Proust répond à son propre questionnaire

Louis Mallié - 20.06.2014

Zone 51 - Insolite - Marcel Proust - Test de personnalité - Felix Faure


À quoi pensait Proust à l'âge de 19 ans ? Si les tests de personnalité sont aujourd'hui légion dans les magazines, on oublie qu'ils sont une invention anglaise alors en vogue à la Belle Époque. Et le jeune Marcel s'y prêtait, comme le montre le manuscrit daté de 1890 d'un questionnaire diffusé par OpenCulture

 

 

 

 

Intitulé An Album to Record Thoughts, Feelings, etc (Un album pour garder pensées, sentiments, etc), le questionnaire figurait dans le cahier de sa camarade Antoinette, fille du futur et bientôt tragiquement célèbre président Félix Faure. Mais le jeune homme s'était plu à l'exercice, à l'époque même de son volontariat de un an au 76ème Régiment d'Infanterie à Orléans.

 

Et bien qu'il soit encore jeune, et que la Recherche soit encore loin, on retrouve déjà bien des éléments du Proust mondain que l'on connaît à travers photos et écrits. Ainsi, à la question « Votre vertu préférée » celui-ci écrit-il : « Le besoin d'être aimé, et, pour préciser, le besoin d'être caressé et gâté bien plus que le besoin d'être admiré. » Ce « besoin » revient d'ailleurs à plusieurs reprises dans le questionnaire, puisque l'auteur avoue qu'il aimerait mourir « meilleur, et aimé »

 

Par ailleurs,  on découvre quelques similarités frappantes de sa personnalité avec celles du narrateur de la Recherche :  le plus « grand malheur » qui pourrait lui arriver serait par exemple de « Ne pas avoir connu ma mère ni ma grand-mère » ! Autre point intéressant : dans son goût original des genres : en effet, dans la case « La qualité que je préfère chez un homme », celui-ci note « Des charmes féminins », et dans « La qualité que je préfère chez une femme » : « Des vertus d'homme et la franchise dans la camaraderie »...

 

Intéressantes également sont quelques réponses qui indiquent ses affinités littéraires et ses inspirations favorites. On apprend ainsi que ses poètes préférés sont déjà Alfred de Vigny et Baudelaire. Côté roman, il s'agit  du célébrissime Anatole France et du voyageur Pierre Loti, auteur des Pêcheurs d'Islande haï par les surréalistes - et dont le style est d'ailleurs souvent invoqué pour avoir nourri celui de la Recherche.