En regardant Glee, Easton Ellis pense à une flaque de VIH

Clément Solym - 15.04.2011

Zone 51 - Insolite - twitter - glee - vih


Il n'en est pas à son premier coup, mais à chaque fois, c'est un coup d'éclat. Les interventions du romancier Bret Easton Ellis ne manquent jamais de faire sourire le journaliste qui un vendredi après-midi, aimerait bien avoir une sujet détonnant sous la main.

Merci, donc, mon cher Bret.

Mais que nous a-t-il donc inventé ? Facile. Dans un tweet probablement très arrosé, Bret s'est fendu d'un commentaire sur Glee. « J'aime bien l'idée de Glle, mais pourquoi faut-il qu'à chaque fois que je regarde un épisode, je sente l'impression d'avoir marché dans une flaque de VIH ? »


Les uns et les autres de ses followers n'en sont pas revenus. Simplement parce que la comparaison serait une sorte de survivance pathétique, estiment-ils des premiers jours de l'épidémie du SIDA dans les années 80, époque à laquelle les homosexuels étaient traités comme des pestiférés. Et que le comportement à leur égard incitait à la peur, essentiellement motivée par l'incompréhension.

Glee, c'est cette série télévisée qui a fait un carton - et toujours - en France comme ailleurs, sur la chaîne W9.
Will Schuester (joué par Matthew Morrison), un professeur d’espagnol de lycée McKinley apprend que la chorale du lycée n’a plus de directeur, il saute sur l’occasion dans le but de réaliser son rêve d’enfant, remporter la compétition régionale des chorales. Malgré les restrictions budgétaires, le Glee Club du lycée McKinley doit exister. Il lance un défi auquel répond un groupe d’élèves qui sont considérés comme les parias du lycée, mais qui vont finir par développer leur véritable talent sur scène, tout en attirant de rudes critiques de la part de l’ensemble du lycée.
Réaction de l'intéressé : « Non je n'étais pas bourré la nuit passée. »

Mais le mal est fait. Et bien qu'aucun des intervenants de la série n'ait souhaité faire de commentaire. Surtout qu'en précisant qu'il n'était pas raide, le romancier a ajouté qu'en voyant chanter Chris Colfer, dans l'émission du 13 avril, il avait eu le sentiment d'être infecté par le VIH.

Accusé, mais pas ouvertement, d'entretenir la stigmatisation des personnes travaillant dans les domaines artistiques autant que d'alimenter les peurs qui datent justement des années 80... D'autant que Ellis est un bisexuel notoire, d'autant plus difficile à interpréter donc.

Dernier commentaire à celui qui aura lancé la polémique : « Le narcissisme des gays est putainement hors de contrôle. »

La vidéo en question.


Via Daily Mail