Espagne, 1949 : une enseignante inventait le livre numérique

Nicolas Gary - 30.01.2013

Zone 51 - Insolite - Espagne - lecteur ebook - enseignante


Elle avait tout de la ménagère de plus de 55 ans, victime favorite d'Étienne Mougeotte. Pourtant, Ángela Ruiz Robles a conçu quelque chose qui fit beaucoup parler... en 1949. Une sorte de prototype, avec une fonction zoom, permettant aux lecteurs de se concentrer sur une zone particulière de texte. Oui, il semble qu'à l'âge de 54 ans, l'intéressée ait inventé l'ancêtre du lecteur ebook... 

 

 

 

 

Baptisé Mechanical Encyclopedia, elle avait même formulé une demande de brevet pour son projet, laquelle fut rejetée parce qu'elle n'a jamais eu les moyens financiers de le mettre en phase de production, de commercialisation industrielle et ainsi de suite. Désormais, l'appareil résiste dans le Musée national de science et de technologie de La Coruña.

 

Selon les données techniques, l'appareil fonctionnait sur un système d'air comprimé permettant aux lecteurs d'ajouter des bibines d'informations avec des contenus préchargés. « L'objectif principal était de réduire le poids des livres pour les élèves et elle pensait que ce gadget pourrait rendre la lecture accessible à tous. » 

 

L'enseignante espagnole avait en tout cas bien pensé son projet et si ‘on est loin du principe d'encre électronique tel qu'il est aujourd'hui déployé, on ne manquera pas de saluer l'ingéniosité du concept.  María José Rodríguez Fortiz, enseignante à l'université de Grenade ajoute qu'elle avait également placé une lampe pour la lecture en pleine nuit, un espace d'enceintes pour le son et une calculatrice.

 

Malheureusement, d'autres priorités ont guidé la politique d'investissement du pays, et son projet n'a jamais dépassé ce stade de concept unique au monde. Ángela Ruiz Robles n'avait probablement pas envisagé le devenir de l'école, avec ses tableaux interactifs contemporains, mais dans le principe d'utilisation, elle avait effectivement assuré une évolution majeure. 

 

Les bobines de contenus étaient interchangeables, et l'ensemble de son fonctionnement devait être particulièrement intuitif et interactif pour donner le goût autant que l'envie de s'en servir. Et effectivement l'ensemble était léger et aurait même permis d'accéder à des contenus en différentes langues, pour différentes matières. 

 

Le Ministerio de Educación y Ciencia en son temps n'aura pas donné suite à ce projet, et l'enseignante, selon le bon vieux credo, n'avait pas le sou pour financer son invention. Aucun investisseur n'aura cru à cette encyclopédie portative et interchangeable. Regrettable...