Éviction de PPDA, fin de Vol de nuit : Vendetta sur le livre ?

Clément Solym - 18.06.2008

Zone 51 - Insolite - télévision - livres - PPDA


Dans une lettre ouverte publiée dans les colonnes de Marianne, et adressée aux dirigeants de TF1, on s'interroge : « Nous sommes impatients de savoir quelle contribution la chaîne la plus regardée des Français projette d'apporter à la création et au rayonnement des œuvres littéraires de langue française. »

Exceptionnelle longévité... mise à la porte

Car l'éviction récente de PPDA de la chaîne entraînant la fin de l'émission Vol de nuit — joyeux anniversaire, vous êtes viré — va frapper fort dans la promotion de la littérature. Cette « exceptionnelle longévité » était le fait du présentateur, souligne la lettre, de « son crédit auprès d'un très large public conquis chaque soir lors du journal télévisé. »


Ainsi, « éditeurs, écrivains, journalistes littéraires, téléspectateurs amoureux des livres » ont tenu à manifester leur déception, mais également le rôle primordial de la télé comme médium entre le public et les livres. Parmi les signataires, Héloïse d'Ormesson, PDG des éditions éponymes, Edmonde Charles-Roux, du Goncourt, François Busnel (directeur de Lire, chroniqueur à Vol de Nuit, etc.

Ça va bien se passer, fermez les yeux

Mais cette « période difficile » pour le livre, comme la décrit pudiquement l'Express livres serait compensée par plus d'émission culturelle, comme celle que Nicolas Demorand proposera sur France 2, souhaite rassure Patrice Duhamel, responsable des programmes de France Télévisions.

Sauf qu'ils sont nombreux à penser à l'existence d'un complot contre les livres sur petit écran, et Frédéric Ferney délivrait à l'AFP un message plus sobre encore en expliquant que « l'actuelle équipe dirigeante de France Télévision ne croit pas aux livres ». PPPDA n'est pas le seul exemple ; après tout Guillaume Durand s'est aussi vu supprimer Esprits libres.

Des solutions, oui, mais à quels problèmes ?

Pendant ce temps, le SNE, le SLF et la SGDL s'interrogent sur la promotion du livre à la télévision. Mais la question était-elle réellement prise au sérieux par d'autres que les acteurs qui interrogent ? Comment un service public peut-il supprimer çà et là ces émissions, pour être suivi quasi immédiatement dans sa démarche par TF1 ? Du livre à la télé, c'est bien, mais encore faut-il que la télé en ait envie...