Expérience mortelle : non, les livres n'arrêtent pas les balles

Bouder Robin - 30.06.2017

Zone 51 - Insolite - livre pare balles - chaine youtube livre - prank livre balles


La quête de la célébrité peut être mortelle, comme a pu le constater Monalisa Perez, 19 ans. Cette jeune Youtubeuse du Minnesota a tué son petit ami de 22 ans, Pedro Ruiz, en voulant prouver qu'un livre pouvait arrêter une balle... Le tout pour faire exploser leur nombre de vues sur la toile.


La MonaLisa

 

Vlogs, pranks, challenges... La chaîne YouTube La MonaLisa surfait sur la mode de ces vidéos qui racontent le quotidien et la vie de couple. Monalisa Perez filmait régulièrement son petit ami Pedro Ruiz et leur fille de 3 ans, avec un regret cependant : son nombre d'abonnés, pas assez élevé à son goût. De là, le couple a rapidement compris qu'il devait faire le buzz pour y remédier. Mais à quel prix ?


Monalisa avait prévenu ses followers sur Twitter juste avant le tournage de la vidéo « la plus dangereuse qui soit », en précisant qu'il s'agissait de l'idée du jeune homme. Et de filmer la fameuse scène en extérieur, qui consistait pour l'adolescente à tirer avec un Desert Eagle de calibre 50 dans la poitrine de son ami, avec pour seul bouclier... un simple livre.

 

 

 

Ruiz avait déjà expérimenté la chose auparavant : curieuse idée que de tirer sur un livre, mais fait remarquable, la balle n'avait alors pas traversé le livre de bout en bout. Certes, mais les conditions étaient différentes : il ne s'agissait ni du même livre ni de la même distance, et bien sûr, personne ne se trouvait alors derrière l'ouvrage. Claudia Ruiz, la tante du jeune homme, était au courant de l'opération et avait tenté de dissuader le couple. Son neveu lui aurait juste répondu : « On veut être célèbres ». Pari réussi, après tout.

 

Résultat, après que son petit ami s'est effondré, Monalisa, enceinte de leur deuxième enfant, s'est empressée de contacter les urgences ainsi que la police, mais bien entendu, Pedro Ruiz était mort sur le coup. Plus morbide encore, la scène s'est déroulée sous les yeux de la petite fille du couple.
 

Planquer un pistolet dans un livre : poids des mots, choc des roquettes

 

La jeune femme a été accusée tout d'abord de maniement imprudent d'une arme à feu, puis d'homicide involontaire. L'idée avait beau être celle de son compagnon, elle se fait reprocher par la justice d'avoir pris « un risque déraisonnable », et devra payer une somme de 7 000 $, avec interdiction de posséder une arme à feu. Reste que nous avons maintenant la preuve que tous les livres ne parent pas les balles, encore moins à quelques centimètres de distance.


Via WDay