Expériences sur le sommeil, façon Orange mécanique

Nicolas Gary - 08.04.2014

Zone 51 - Insolite - expérience sur le sommeil - Anthony Burgess - Orange Mécanique


Comment traumatiser le cobaye d'une expérimentation scientifique, en s'inspirant des grands classiques de la littérature moderne ? Facile : tout le monde a encore à l'esprit la joyeuse séquence du film de Stanley Kubrick dans A Clockwork Orange. Inspiré du livre d'Anthony Burgess, on y retrouve Alex, le personnage principal, dans une séance de rééducation, pour lutter contre la violence qui l'anime. Au menu, des images violentes, du Beethoven : voici l'extrait en question.

 

 

 

 

Le professeur Ian Oswald n'avait peut-être pas lu le roman de Burgess, mais l'une de ses expérimentations lui valut une vilaine réputation - alors qu'il travaillait sur ce qui se passe mentalement et physiquement durant notre sommeil. Il a d'ailleurs beaucoup contribué à faire avancer ce domaine.

 

Or, au début de sa carrière, il s'est lancé dans une recherche assez étrange : il a sollicité des bénévoles, et leur a maintenu les paupières ouvertes. Juste au dessus des yeux, ces derniers recevaient la lumière de stroboscopes, de sorte qu'ils ne pouvaient pas détourner leur regard. Dans le même temps, des haut-parleurs étaient positionnés à proximité de leurs oreilles, avec la diffusion de son très fort. 

 

Et Ian Oswald demandait aux cobayes de tenter de s'endormir. Certains y sont parvenus, contre toute attente, d'autres sont tombés évanouis de fatigue. Le traitement aura duré 12 minutes avant qu'ils ne perdent conscience et basculent dans le sommeil, ont démontré les données relevées sur les électroencéphalogrammes, note iO9.

 

Pas vraiment du sommeil réparateur tout cela. Oswald en a conclu que le stimulus devenait finalement monotone, et qu'avec le temps, le cerveau entrait dans une sorte de transe. Aux points que les trois cobayes qui se prêtèrent au jeu n'avaient finalement plus conscience de leur environnement. Au contraire, même, estimait le scientifique, ces bruits et lumières auraient pu aider à s'endormir, attendu qu'ils ne formaient plus qu'une perturbation audio et visuelle admise.

 

Oswald est décédé en avril 2012, avec le titre de professeur émérite de l'université d'Édimbourg. Il est aujourd'hui reconnu comme l'un des pères fondateurs de la recherche sur le sommeil au Royaume-Uni. 

 

Retrouver Orange mécanique, en librairie

 

Ci-dessous, le récit de l'expérience :