Faire parler le sang : Pouchkine est-il mort dans son canapé ?

Clément Solym - 11.02.2009

Zone 51 - Insolite - Pouchkine - traces - sang


C'est un canapé en cuir comme il ne s'en fait plus, et pour cause, il a près de deux siècles. Et comme dans tout bon polar, on trouve des traces de sang dessus, mais pas n'importe lequel. Des recherches qui n'ont rien à envier à l'analyse de l'ADN pratiquée sur des manuscrits anciens, pour parvenir à leur datation.

Dans le musée Pouchkine de Saint-Pétersbourg, se déroule en effet une expérimentation scientifique pas banale : on aimerait montrer que c'est dans ce canapé que Pouchkine est mort, le 10 février 1837, suite à son duel avec le Français Georges Dantes. Poupou y prit une balle dans l'estomac et après deux jours de souffrance, il décède à son domicile.

Et les résultats préliminaires semblent confirmer cette thèse, a expliqué le directeur adjoint de l'institut d'analyses médico-légales chargé de l'affaire. Pour s'assurer que le sang est bien celui de l'écrivain, il faudrait cependant le confronter à celui trouvé sur la veste qu'il portait quand il fut blessé. Si les examens sont en cours, cela prendra toutefois un certain temps, eu égard à l'ancienneté des tissus.

Mais pourquoi une telle animation autour de ce canapé ? C'est que jusqu'à présent, la légende voulait que ce canapé fut réellement celui où Pouchkine est mort, et que l'on avait précisé ce fait dans la brochure du musée. Mais depuis quelque temps, des employés du musée émettaient des doutes. Surtout que le canapé a voyagé depuis la mort du poète et que le sang pourrait ne pas être le sien. En effet, reçu à l'Ermitage en 1937, plusieurs familles ont posé leur séant sur son cuir entre temps...

Considéré comme l'un des plus grands poètes de la Très Sainte Mère Russie, il serait tout de même fâcheux que la légende soit démontée par la science. Mais on a tout de même pris le risque. Cela permettrait également de savoir si le poète aurait pu être sauvé s'il avait été porté à l'hôpital plutôt qu'à son domicile.