Flore VS. Goncourt : Defalvard attaque Jenni, 'auteur d'un livre médiocre'

Clément Solym - 11.11.2011

Zone 51 - Insolite - Marien Defavlard - Alexis Jenni - Goncourt


Depuis quelques heures, Marien Defalvard, jeune auteur - oups ! - de 19 ans, et publié chez Grasset, a été consacré par le Prix de Flore. Récompense dont on sait qu'elle a été fondée par Frédéric Beigbeder, qui en est aujourd'hui le président. Si au café de Flore, donc, hier soir, la fête battait son plein, sur internet , la bonne nouvelle se propageait.


Or, il est une autre information, quelque peu passée sous silence, qui s'est aussi jouée sur Internet. Dans Wikipedia, l'ouverture d'un article consacré au livre, Du temps qu'on existait, de Marien, fait rage : l'ouvrage n'est pas encore sorti que déjà l'encyclopédie le mentionne.

 

Fougueuse jeunesse

 

C'est que, déjà salué par une partie de la presse, un contributeur considère que le livre mérite un article de plus, en date du 22 août. Réaction immédiate : rejet de l'article, pour publicité abusive. « C'est bien la première fois que je vois un article de Wikipédia consacré à un livre qui n'est pas encore sorti. Le bandeau pub que j'ai placé porte moins sur le ton que sur l'objet lui-même : il est éminemment publicitaire de mettre en ligne un article d'encyclopédie concernant une publication imminente ! » commente un contributeur. (voir WIkipedia)

 


La discussion s'engage, entre l'auteur de l'article, manifestement très désireux d'assurer la promo du jeune auteur - re oups ! - et on débat de l'intérêt. Chacun sera libre de se faire son idée, en suivant les échanges. Mais le point n'est pas là.

 

ActuaLitté préfère en effet s'attarder un peu plus au contenu de la discussion, au moment même où l'auteur - décidément - intervient.

Etant l'objet de ces lignes précautionneuses, pleines de pusillanimité, puis-je me permettre d'y apporter quelques précisions supplémentaires (je ne connais absolument pas le mode de fonctionnement de ce genre de site) ? Quelques éléments biographiques, par exemple, seraient-ils, ou non, malvenus ? Ma scolarité ayant été peu commune, il serait peut-être congru de la signaler (en une incidente, pas plus). Est-ce dans les règles ? Merci de me le faire savoir.

On savourera sans peine la douceur et l'humilité des propos, mais après tout, les créateurs sont dans un autre monde, n'est-il pas ? En tout cas, Marien fait une apparition remarquée.

 

On n'est pas sérieux quand on a 19 ans, non plus


Sauf qu'il ne s'arrêtera pas là. Et il conteste le titre donné au (futur) prix Goncourt, Alexis Jenni, et celui que l'entrée de l'encyclopédie lui accorderait.

Peut-on savoir pourquoi M. Jenni se voir affublé du nom d'écrivain, quand je dois me contenter de celui de romancier ? Hormis cela, l'article frise l'infamie.

Une attitude intéressante, alors que le 22 septembre, un entretien croisé est publié dans le Nouvel Obs, et paru dans BibliObs le 26 septembre. L'intervention de Marien se fait, elle, sur Wikipedia, une semaine plus tard.


Dans l'Obs, les deux hommes devisent, échangent, et sur le succès commercial de leur oeuvre respective, Marien annonce tout de go : « Je pensais que l'indifférence qui sourd dans mon livre engendrerait de l'indifférence. Si on peut encore trouver de l'intérêt dans des livres qui sont si éloignés, si détachés de la réalité qui nous entoure, c'est bien que les gens ont fini par être lassés de cette réalité. Nos livres sont, à cet égard, d'excellents présages. » [NdR : nous soulignons]


Admirable démonstration de modestie


Or, sur Wikpedia, le son de cloche change, et l'atmosphère se tend... On discute toujours la pertinence d'une entrée sur Marien, qui revient à la charge... contre Jenni.

Cette atmosphère de suspicion est absolument insupportable ; mais il faut se faire à ce que la France soit devenu un pays incroyablement aigre, une véritable marmite de ressentiment.

D'autre part, qu'est-ce qui motive que M. Jenni, auteur d'un livre pourtant médiocre, ait sa place sur ce site, et non moi-même ? Vos motivations réelles transparaissent sous vos phrases, quoique vous en ayez.

Et voilà comment on tacle l'homme qui partageait un entretien avec vous, quelques jours plus tôt. Pour qui aurait encore des doutes sur les velléités du jeune auteur - ou écrivain ? - la suite des débats sur l'encyclopédie s'achève avec Article honteux, entrée ouverte par Marien.


Défendant sa prose, son oeuvre et son travail, il écrit :

Article honteux, je le réitère. Ce n'est pas mon jeune âge qui a retenu l'attention des critiques ; il a plutôt provoqué l'incrédulité. Comptez le nombre de papiers sidérés par l'écart entre cet âge et les beautés de l'écriture : ils sont nombreux. Garcin parlait du « grand oeuvre d'un romancier chevronné » ; Proust, Aragon, Rimbaud, Nerval, Gide ont, entre autres, été cités. Il faut tout revoir.

La messe est dite, Paris la valait bien. Mais il reste au moins à Marien Defalvard la récompense du Flore, pour noyer son arrogance, et un coup à boire tous les soirs, durant un an, pour ronger son frein... ou devenir l'un des maudits qu'il cite ?